Les dits du corbeau noir

TRADITION / MYTHES ET HISTOIRE/ TRANSMISSION ET TRANSMETTEURS. REFLEXION BRAN DU 2016 / 09 09 SEPT

HISTOIRE / MYTHE et TRADITION....

 

Nous saluons l'article de notre frère Deruos du Bosquet druidique ALTITONA ; article paru dans le Druid Network ; article portant sur la Tradition et lisible sur le Net...

 

(Extrait et commentaires de Bran du....)

 

 

 

"...La transmission Traditionnelle, c'est la transmission selon un schéma traditionnel d'un ensemble de mythes et de symboles. Cette transmission s'accompagne de la transmission d'un savoir-faire ; c'est à dire une invitation à vérifier, à vivifier, à actualiser cette Tradition...

 

La Tradition initiatique est une Tradition vivante qui doit opérer une transformation réelle sur les individus. Transformation dans leur savoir-faire et leur savoir-être...

 

Cela passe par l'emploi et la connaissance des mythes et des symboles qui réunissent ce qui est épars ; c'est-à-dire une connaissance intérieure et et une manifestation extérieure...

C'est connaissance et symboles sont un pont jetés entre deux mondes (le Sidh et ce monde-ci)...

 

Le druide ( tout cheminant) se doit de reprendre contact avec les sources vives Traditionnelles afin de les actualiser (La Tradition druidique n'est pas une affaire d'antiquaire ou de muséographe.)...

(Le druidisant qui actualise une connaissance druidique travaille aussi sur lui-même.)...

 

On notera, on constatera, des différences notables et contradictoires entre des titres et filiations déclarées et l'état réel des connaissances, censées acquises et maîtrisées...

 

Mythe et symboles nous ont été transmis pour l'essentiel, quoique altérés... Les connaissances que l'on peut qualifier de druidique ainsi que les méthodes d'enseignement ont été perdues, subsistent quelques pistes...

 

Il est fort probable que pour les druides l'essentiel n'était non pas incommunicable mais, vivant pour ne pas dire actualisable...

 

Notre frère Deruos nous rappelle (en citant par ailleurs les travaux de René Guenon sur la Tradition : « La Tradition était pour René Guenon une sorte d'entité « métaphysique » qui ne pouvait se transmettre que dans un cadre précis et ininterrompu. » « Une connaissance s'écoulant à travers les générations, depuis des temps immémoriaux, connaissance invariable quant à son fond et toujours renouvelée quant à ses formes. »)...

 

La Tradition comporte deux éléments constitutifs indissociables : une mémoire et une façon de la transmettre...

(Ce qui implique que le contenu transmis soit « validé » et que la façon de transmettre soit elle-même Traditionnelle.)...

(Mais aussi qu'il n'y ait pas de « hiatus » dans la chaîne de transmission...)

 

La Tradition peut se parer de nombreuses formes Traditionnelles.

Mais, elle persiste dans son essence...

 

La différence entre Tradition et coutumes, usages, habitudes, étant que la première est a

intemporelle tandis que les autres sont liées à l'histoire, au temps. Issus de l'événementiel, plutôt que de l'essentiel.... »

 

...................................................................................

 

Merci à notre frère d'ouvrir ce thème important à la réflexion et à l'échange... Il devrait en être ainsi entre tous les cheminants et cheminantes au sein de notre Tradition et entre Traditions tolérantes et ouvertes qui concourent à éveiller la conscience humaine ; une conscience libre, responsable, altruiste, philosophique et spirituelle...

 

Une Tradition est en effet un acte essentiel ( qui est et se veut Essence du Ciel donc !) qui consiste à transmettre, à offrir, à partager les fruits réflexifs de notre propre Arbre de Vie ; fruits dits de la Connaissance qui ont valeur et vertu d'évolution personnelle, collégiale et communautaire...

 

Elle ne saurait en aucun cas appartenir à l'Histoire (la Tradition est un fleuve indompté qui cour et serpente librement sous les fleuves canalisés de nos repères temporelles dit historiques censés alimenter une Mémoire et éclairer les zones obscures de notre lointain passé.)...

Une histoire chargée de falsifications et de « menteries » que nombre d'historiens modernes remettent en cause actuellement avec un certain succès auprès des lecteurs !...

 

Il est curieux cependant que ce regain sociologique constaté pour le dit passé se borne, pour se rassurer semble-t-il par rapport à un devenir de plus en plus brumeux et incertain, que de cet aspect historique amplement manipulé en son temps d'ailleurs...

 

Il est regrettable en effet que l'on ne se porte pas davantage d'intérêt et d'investissement sur les mythes et les archétypes fondateurs et animateurs de tant de civilisations afin d'en comprendre les « mécanismes » et d'étudier leurs éventuelles et pertinentes actualisation au sein de notre modernité et de ses « fixations » ô combien préjudiciables !...

 

Ce qui a participer de la conceptualisation d'une pensée culturelle, sociale, philosophique, religieuse et spirituelle née et issue de la civilisation celtique a-t-il totalement disparu de nos jours au point que nous n'aurions plus, pour tenter de reconstituer peu à peu ses fondements doctrinaux, que des écrits d'auteurs étrangers à cette société à la fois singulière et plurielle, peu capables de la comprendre et enclins à la critiquer négativement pour des raisons politiques et idéologiques notoires ?

 

Certes la mise en commun par les historiens, chercheurs, archéologues, des travaux et études menés a permis d'éclairer des zones d'ombre (mais il en reste encore beaucoup) et l'interdisciplinarité, les études « comparées », les nouvelles technologies de recherches et d'approches ont autorisé un net progrès dans la connaissance de ce Monde Celte, mais celui-ci reste encore méconnu dans bien des domaines et fait l'objet d'interprétations, de suppositions, de supputations, de projections plus ou moins étayées et argumentées qui n'impliquent pas une totale, une complète, « validation » pour une partie d'entre elles et non des moindres...

 

Tous et toutes se heurtent à cette volonté manifeste des Sages du Monde Celte de ne pas avoir, en toute volonté, conscience et cohérence, fixé par écrit leurs pensées et conceptions en ayant fait choix, avec beaucoup de sagesse et de discernement, de confier à l'oralité le soin de franchir les étapes de l'espace et du temps, sans se soucier donc d'éventuelles "perditions" ou "altérations" des dites pensées et conceptions de leur Tradition...

 

Cela reste pour beaucoup une « incompréhension » et a valu à la société celtique de n'être reconnue comme véritable civilisation que depuis ces dernières et récentes années...

 

La conception celtique fait du temps, de l'existence, un cycle fait de l'alternance des êtres et des choses et le temps, la vie, sont eux mêmes tributaires de cela...

 

Rien ne saurait être fixé, figé, tout est mouvement, courbe, spirale, ondes, flux et fluide...

Tout est danse et vibration... Tout est animé par des Forces Energies et Lumières qui se meuvent dans le visible et l'invisible... Tout est fluctuation, oscillation, transformation et mutation... Tout est Evolution infinie...

 

Et nous sommes indéniablement Cela même...

 

L'Univers est une "Alchimie" prodigieuse et nous sommes invités à être, à la fois, les servants et les opérateurs des phases évolutives de "transformation" d'une Matière qui consent librement et volontairement à l'Oeuvre de l'Esprit...

 

Ce que nous avons reçu des Anciens et des Anciennes, nous le devons à l'avenir, au devenir même de l'humanité disait une poétesse paysanne et bretonne (Angela Duval)...

 

Cette pensée évolutive a occupé, en son temps, à une époque donnée, un corps, un cœur, un esprit, des sens et une intelligence et tout cela a façonné un paysage, a empreint la mémoire d'un sol et d'un lieu et nous en avons encore quelques traces plus ou moins lisibles, mais qui ont défié notre capacité à oublier et le recouvrement par l'oeuvre de la Nature...

 

En quoi, comment, de quelle façon, ce qui a été à l'origine de ces conceptions « idéologiques » et la base constitutive d'une alliance, d'une confiance, d'une espérance entre l'homme et le sacré, à-t-il totalement disparu de nos jours ?

 

L'observance des lois de la Nature et de l'Univers et la compréhension de ses « Lois » évolutives et cycliques ont grandement présidé au fondement et aux assises de la Pensée Traditionnelle du Monde Celte ou des « Mondes Celtes » plus exactement...

 

Ces « Lois » ont-elles disparues de nos jours ?

Cette « Loi dite de Nature » a-t-elle été effacée par la « Loi de la Lettre » au point de ne plus faire écho, étincelle, lumière, éveil et résonance dans les êtres qu nous sommes ?...

 

Pour les Sages de Celtie, ce n'est pas l'écrit qui fonde et forge le monde et son devenir ; c'est la Parole, la Vibration orale, le Dit, sonore, musical, poétique... C'est Elle, Cette « Parole de Vérité », le Pilier de soutenance de tout ce qui Fût, Est et Sera...

 

La modernité nous procure certes un outil, un support, de diffusion d'informations et de données performant, mais ce ne sera jamais qu'à défaut de pratiquer toute transmission traditionnelle de « poitrine, à poitrine, d'oreille à oreille, de cœur à cœur !"  comme le recommandait chaudement et vivement nos Anciens et Anciennes !....

 

Toute transmission Traditionnel impose, implique, relève d'une Cohérence et se doit de « sonner juste, d'être concordante et accordée"...

 

L'acte se doit de manifester la pensée qui l'induit et celle-ci se doit de tendre vers l'entendement, de faire croître l'Arbre de la Connaissance et de procurer, d'entretenir la cohésion, l'équilibre et l'harmonie...

 

Il ne saurait y avoir contradiction ou antinomies entre la pensée et l'acte qu'elle formule et manifeste...

 

Etre « vrai » dans le cœur vibrant et battant du monde, c'est ne pas parasiter celui-ci ; c'est éviter autant que possible, par des paroles mensongères, des actes dissonants et discordants, de « fendre le Chaudron d'Abondance »...

 

L'Essence, le Principe, l'Anima de la Tradition échappent à tout contingencement, à toute fixation, à toute « définition », à tout formalisme et à tout enclosement...

 

Nous sommes là dans une « métaphysique » ; nous sommes là dans le domaine incommensurable et infini de l'Esprit qui ne connaît, n'a à connaître, ne veut connaître, aucune borne ou limitation à son développement et dans ses manifestations...

 

Et cela ne saurait en aucun cas être confiné et enkysté dans l'Histoire des hommes et des femmes et de leurs générations...

 

L'Histoire, quand elle n'est pas falsifiée et manipulée ou tronquée nous enseigne sur un passé linéaire, événementiel et horizontal qu'il n'est pas inutile de connaître et d 'apprécier en tant que tel, mais cela ne comporte aucune verticalité, aucune transcendance et reste lié à des conditionnements humains et à des formatages idéologiques religieux et ou politiques....

 

L'Histoire peut comporter des événements, des faits, porteurs de connaissance et de « sagesse », mais ceux-ci n'ont, hélas, jamais suscités un apprentissage sain, efficient et durable permettant à des peuples de faire l'économie des fléaux de l'humanité ; s'il en avait été autrement, nous serions en « paix véritable et durable » depuis fort longtemps !...

 

Certes, nous avons à entretenir salutairement et objectivement un « Devoir de Mémoire », car cette Mémoire comporte des éléments, des expériences humaines, pouvant éclairer, instruire, un meilleur devenir, mais en évitant le tragique écueil d'une « dogmatisation » idéologique voir d'un intégrisme fortement enclins à mettre en coupe réglée toutes les libertés de penser et d'agir en toute volonté, en tout désir et en toute conscience, cohérence et responsabilité !...

 

Vouloir codifier, mettre en forme un rituel une fois pour toutes et se garder de toute évolution de formes au sein d'une permanence du fond, c'est vider l'Arbre de sa sève et le condamner à l'assèchement progressif, mais inéluctable et à la mort !...

 

Certes il y a des « stuctures » traditionnelles (analogiques, symboliques, magiques, alchimiques....) qui sont l'ordonnancement souhaité et souhaitable pour exprimer au mieux l'Esprit qui les conçoit et les anime et qui donne Forme à ses ambassades et agents et vecteurs de liaison et de relation...

 

Cela « produit » ce que cela doit produire quand les formes employées sont en accord et en cohérence avec le Principe ; Son Essence et son Anima Traditionnel... Mais L'Esprit qui ne connaît aucune « fixation » ne saurait induire des formes figées éternellement !...

 

C'est vouloir fixer les souffles et les vents à demeure, et retenir durablement l'eau dans la paume fermée de son poing que de vouloir enfermer l'Esprit dans un carcan formel !...

 

C'est cela, en effet, qui fait de notre Tradition une Tradition éminemment Vivante, chantante, dansante, au sein des Cycles et des Cercles évolutifs de l'Univers et c'est ainsi que, par cela et en cela, nous sommes la Vie qui chante et qui danse.... infiniment !...

 

Notre « Chaîne de transmission » druidique a connu et connaîtra encore des ruptures en ses chaînons ; des chaînons souvent faibles, sans force morale ou éthique suffisante ; des chaînons forgés par l'orgueil, le mensonge, la cruauté, parfois...

 

Mais elle ne saurait demeurer rompue spirituellement car sa Forge demeure totalement disponible pour tous les nouveaux anneaux d'alliance à venir et pour reconstituer, en Esprit, ce que le monde profane, désacralisé, et ses vicissitudes, déviances et dérives, ont altérés du « Fer (faire) de l'Union » éternelle...

 

Nous avons à recouvrir, à revêtir, à redécouvrir ce que l'écrit n'a su et ne saurait nous transmettre en plénitude et complétude soit une véritable « con-naissane » ; soit le rapport direct, vivant, vibrant, avec cela qui Est, Fût et Sera, et ce, au-delà, bien au-delà et au-deçà, des expressions et supports « formels » quels qu'ils soient...

 

Comme le disait le Grand Druide Philéas Lebesgue, nous avons des yeux, des oreilles, des sens, une intelligence, un corps et ses élans légitimes, un cœur apte à suivre respectueusement la Nature et ses enseignements, capable de la suivre à l'écoute et dans l'entendement de tous ce qu'elle prodigue généreusement de sagesse et de maîtrise...

 

C'est toute ses facultés, toutes ces potentialités « traditionnelles », mouvantes et émouvantes ; cette incroyable et fabuleuse autant que merveilleuse mise à disposition de tous les promontoires possibles pour le cœur et la pensée du cœur que nous offre en permanence « l'état de Druidité »... Un état qui a horreur des « fixations » !...


…///...



09/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 455 autres membres