Les dits du corbeau noir

SWEET HOMME ! BRAN DU 2017 BARDI 14 06 JUIN

Sweet Homme !       Bran du                         13 06 2017

 

 

 

Homme colporteur de mort

et prédateur de vie......

 

 

 

Qu'as-tu fais que nul autre règne n'a commit ?

 

 

Homme d'arrogance et de mépris

A la joie tu as jeté un sort,

De la bonté tu es le déni...

La haine ; c'est la chair de ton corps

D'où l'amour est banni...

 

 

Sur ta branche le fruit pourri

Et nulle fleur ne veut éclore...

 

 

Oui, homme, tu me fais horreur ;

L'acier plus que le coeur te conduit ;

Tu fais un enfer de tous les paradis,

Tu ensemences la peur,

l'espérance tu l'as détruit...

Tu foules au pied le bonheur ;

le bonheur, tu le maudis...

 

 

Femmes, enfant, vieillards

Tu as fait de la guerre du grand art ;

En nul lieu la paix ne fait rempart

Et meurent femmes, enfants, vieillards

et l'espérance dont tu t'empares...

 

 

A t'entendre, à te sentir, à te voir

le silence même pousse des cris...

Tu fais du jour une très longue nuit,

Tu plonges toute lumière dans le noir...

 

 

Tu es de la Création, une aberration

une absurdité , un nid de contradictions...

Tu veux la puissance, le pouvoir,

La possession et la domination ;

Tu veux tout le superflu et tout l'illusoire...

En l'argent tu veux croire et en avoir à profusion...

 

 

Ton orgueil a de l'embonpoint,

la cruauté enfle ta panse

et tes mensonges font le plein

De ta baudruche d'existence

gonflée d'insolence et de dédain....

 

 

Tu frappes, tu étrangles, tu infliges, tu tortures, tu emprisonnes,

tu violes, tu assassines, tu massacres, tu « barbelises » la Vie...

Tu exécutes ce que ton esprit tordu t'inspire

de génocides, de carnages, de vilenies...

 

 

Et tout cela le plus souvent impuni,

Fomenté délibérément par une faim inassouvie...

Dispensé, enseigné, appris, par des idéologies

d'intolérance, d 'indifférence et de suprématie

qui asservissent le vivant et en esclavage le réduit...

 

 

Pourquoi avoir doté l'homme d'intelligence ?

Pourquoi lui avoir donné une conscience

si c'est pour employer toutes ces facultés

à saccager, de la paix, les jardins et les vergers ?...

 

 

Tu te dis « humain », mais tes mains baignent dans le sang

de millions d'innocents...

Des religions perverties, tu te fais le zélé serviteur oubliant que le cœur lui, à l'Amour, seul, obéit...
Tu déverses sur la terre le poison de ta fureur, tu répands partout ta colère et ta brutalité, tu es l'image même de l'avanie...

 

 

Tu es l'affront fait à la vie ;

Tu es de la vie l'indignité...

Tu es sans mérite, sans probité

sans morale et sans éthique...

Tuer, piller, assouvir, voilà ta politique,

ton seul désir, ta seule volonté...

 

 

Je te regard mener le monde à sa ruine, à sa perte,

jeter sur la vie tes noirs filets...

O certes, tu te dis homme de paix, mais tu ne sais que mentir et trahir imposant dogme et diktat à tout être, à tout état, à tout ce qui s'oppose à toi apportant l'évident démenti...

 

 

Tu dresses les frères les uns comme les autres,

Tu fais croître la belligérance, attisant les passions, les envies...

De la tuerie, tu te fais l'apôtre... Tu trompes et tu médis...

 

 

Homme, je ne crois plus en toi ;

Ton histoire est un long cortège d'enterrement du Vivant...

De vivre tu fais semblant, mais bien rouge est le sang

qui coule de tes tragiques exploits....

 

...///...

 

Ô Femmes, je me tourne vers vous ;

Vous à qui l'homme a volé votre âme...

Vous êtes le seul recours que puisse faire l'Amour

pour retrouver ses étincelles, ses braises et ses flammes...

 

 

Ne vous soumettez plus à cette virilité, n'imitez plus cette figure infâme, soyez ce dont l'homme vous a dépossédé , soyez la vie qui se vit, s'offre et se clame...

 

 

Vous êtes l'origine, vous êtes par l'Amour, depuis le premier jour, initiées, dépositaires des germes et des semences sacrées autant que divines...

 

Lors répandez dans le terreau de l'humanité, dans l'humus du possible, les graines de douceur, de tendresse et de sérénité déposées en votre poitrine par la Mère qui nous a tous enfanté...

 

 

O Femmes j'en appelle à vous...

En l'homme, je l'avoue,

je n'ai plus ni croyance, ni confiance ;

Il a brûlé tous ses plus nobles atouts...

 

 

O Dames soyez de cet enfantement

qui chasse de l'homme le violent

et lui restitue une dignité sans cesse bafouée

par ses terribles comportements...

 

 

Je vous le demande à genoux

avec respect, avec reconnaissance ;

ensemencez au cœur de ce loup

la bienveillance et la bienfaisance...

 

 

O vous filles de la Grande Déesse,

Héritières de sa douceur, de sa bonté

emblavez en l'homme la tendresse ;

et qu'elle soit vive et douce à fructifier...

 

 

C'est là mon voeux et mon souhait,

Femmes d'Amour et de Paix ;

Réapprenez à l'homme le don d'aimer

Et que d'aimer, soit de nouveau en l'Homme, la destinée...



14/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 423 autres membres