Les dits du corbeau noir

SOUS FORMES DE TRIADES ETIREES BARDI BRAN DU 2016 16 12 DEC

Sous formes de TRIADES       BRAN DU       Décembre 2016

 

Sous les Trois Rayons Incréés...

Sous les Trois Cris de Lumière

Sous les Trois Traits gravés dans la Mémoire des Pierres...

 

 

///...

1 /

Trois sources, trois puits, trois fontaines, il y a...

Tous trois issus d'un même et unique Mystère ;

Tous trois venus du ciel et jaillis de la terre...

Unique, plurielle et singulière, c'est la Force du Trois...

 

Trois est la Force primitive, Trois est l'Energie Première...

Mène désir, même volonté et semblable surgissement ;

Flux de Forces, flux d'Energies, flux de « Lumières »...

Toutefois, cependant, comme Un est leur ruissellement...

 

Ceux-là et celles-ci qui s'en viendront au Puits ;

qui chercheront la Source infinie et pérenne,

trouveront en leur cœur la divine Fontaine

qui fera croître et embellir l'Arbre de leur Vie...

 

///...

 

2 /

Trois Cercles il y a , Trois Anneaux de pure alliance :

L'un passé au cœur, l'autre à ce qui pense, le troisième au doigt...

Trois cercles qui chantent et qui dansent, d'une même voix, d'un même pas...

Trois cercles, il y a ; cercles de bienveillance et de bienfaisance...

 

Trois ondes sur l'étang immense, Trois ondulations divines,

Trois souffles d'origine au-dessus du berceau de la naissance...

Trois Lueurs, Trois Cris, Trois Sons, clamant chacun à l'unisson

la Vie venant à l'existence, la Force, l'Energie, qui, à cette vie, nous destine...

 

Trois états, Trois nécessités, Trois propositions, il y a

En libres choix, conscients et acceptés, et par discernement...

Par étapes et par jalons ; progressif se fait l'acheminement...

L'aimance est dans le don qui lors trace, à chacun, sa voie...

 

///...

 

3/

Cela est dans la vase, l'argile et le terreau...

Cela y est enfoui comme graine et semence...

Par l'action du feu mêlé à l'eau, une vie s'élance,

Perce les ténèbres et s'élève au plus haut...

 

De l'Arbre immense qui sait la souche, la racine ?

Qui sait en l'humus ce qui fait la branche, le rameau ?

Qui sait de la sève même, la divine origine,

L'Onde-Mère de tous les flux, de tous les flots ?...

 

Celui-là sait qui grave de son sang la pierre ou le bois,

Qui trace, rang après rang, l'ordonnance de la Loi

Qui met en correspondance et à sa juste place,

Ce qu'elle sait, voit et entend, de l'indicible Essence...

 

///...

 

4 / Sans désir, nul jaillissement, nulle pulsation...

Force est le désir, l'intention, l'aspiration...

L'arc et la flèche ne sont rien sans la pensée tendue...

La lance est lancée avant que d'être tenue !...

 

Le désir ne saurait suffire ; il lui faut la volonté :

le sang et le muscle bandé qui veulent le servir..

On ne saurait désirer ni vivre ni mourir,

sans recourir à l'acte de faire, à la force d'aimer...

 

La volonté est un moteur de forces articulées ;

Ainsi se met en œuvre le désir qui l'a suscitée...

Mais sans conscience des causes et conséquences

A quoi bon vouloir et à quoi bon penser ?...

 

///...

 

5 /

J'ai entendu les trois sons, la triple vibration....

J'ai entendu leur harmonie, leur joie d'être ensemble,

de participer aux jeux de la création et de mettre en vie la Vie...

Heureux sont les sons qui forment et qui assemblent...

L'Inconnaissable, en cela et par cela, se dit et se réjouit...

 

Une tonalité pour le ciel comme autant de couleurs subtilement mariées... Une autre pour la terre, d'humus, de mousse, de feuilles, agencée... Une autre encore faite de plumes légères et de vols assurés... Une autre enfin flamboyante de chaleur et de lumière...

 

Sur la harpe du monde ruisselle les trois notes accordées...

Et tout être, toute chose sont de sommeil enveloppés puis de rires secoués, heureux , joyeux, comme des étincelles...

Lors de l'eau s'en vient aux yeux pleurant larmes de feu en des vagues éternelles...

 

///...

 

6 /

La vie est une trajectoire, un parcours, un cheminement...
Elle est aussi une navigation, une exploration, une quête...

C'est une marche obstinée semée d'épreuves où l'on fait preuve de ce à quoi nous sommes prédestinés...

 

Parce qu'il y a, pour tout, un commencement, à la vie nous sommes initiés, nous apprenons lors en ce vivant la part qu'il nous faut animer... La connaissance est notre support, l'effort et l'exigence sont nos accompagnements... Par cela il nous faut vaincre la mort !...

 

D'Annwn nous provenons, nus, seuls, indifférenciés, simple grain de blé... Mais dotés d'une personnification qu'il nous faut exprimer et porter vers une certaine perfection ; une fois les expériences menées, analysées, synthétisées et, ainsi, offertes à l'Essence... Nous serons alors cette Farine de l'air dont l'Incréé fait son Pain de Lumière...

 

///...

 

7 /

Qu'en chacune soient rompues les eaux de la vie...
Qu'en chacune soit libéré le jeune soleil enfanté...

Lors, l'aurifère embryon flottera sur les ondes

et une nouvelle vie s'en viendra en ce monde....

 

L'aigle du grand froid desserrera ses serres ;

ni angoisse, ni inquiétude pour qui brisera l'effroi ;

Sa force, son désir, sa volonté et sa bonne fortune

feront, de l'obscurité, une clarté vive et plénière....

 

Délivrons le jeune Mabon, sortons le de sa prison...

Nul ne saurait retenir longtemps la lumière prisonnière...

La peur, la crainte, la terreur que nous entretenons ;

C'est cela qui maintient en nous, l'emprise de l'hiver...

 

///...

 

8 /

J'ai été en compagnie du quintessent oursin, bordé en mon flanc par l'oeuf de serpent marin... J'ai été brassé dans les flots noirs de l'abîme... Mais, œuvre sublime, le Souffle blanc m'a propulsé vers un ciel bleu et serein...

 

En ce sein j'ai longuement germé et me voici aujourd'hui « Sève de l'Esprit »... Me voici rosée en l'Eternel matin, feuille d'or et d'argent de l'Arbre d'immortalité... Je suis pomme accomplie dans le céleste verger....

 

Cent musiques me viennent au oreilles en ce monde sans pareil …

 

Chantent les femmes , le chant solaire et constellé qui monte de la terre comme flammes et étincelles.... Ni mort, ni souffrance, ni maladie ; c'est là le bienheureux Pays... C'est un monde de blancheur d'où s'élève le choeur « immaculé » des femmes consacrées... Aimantes et plaisantes sont mes âmes-soeurs...

 

///...

 

9 /

L'Aigle et le Saumon

ceux là ont vision

De la source et du point

qui vit à l'unisson...

 

Cela qui anime le ciel

et le profond des eaux

Tient de l'oiseau, du feu

et de ses étincelles...

 

C'est sous l'ombre de la pierre que se tient le futur manifesté...

Ce qui doit advenir doit, dans un premier temps, se protéger de la trop vive lumière...

La clarté est préférable à l'éblouissement !...

Aussi l'obscurité comme la pénombre sont des berceaux adaptés...

Ainsi l'Etoile et le printemps à naître dans la nuit sombre et hivernale de l'univers...

 

Aveuglés par les feux de nos propres artifices nous n'avons plus « regard », mais projection de nos fantasmes et illusions accaparant les êtres et le paysage, les engrangeant dans nos filets à provision...

 

Le vrai regard est semence et éclosion....

 

C'est voir au-delà et par-delà , c'est percevoir sous l'étoffe les fils de la chaîne... C'est nager dans le miroir et voler dans les reflets...

C'est avoir entendement des forces qui soutiennent, des énergies qui maintiennent les flux et leurs courants...

C'est savoir que l'étoffe se fait et se défait, alternativement...

 

La grève ne cesse d'être une grève malgré des millénaires de recouvrements...

La mer est maîtresse ; les sables sont ses amants...

Et l'ombre, savamment, nous instruit de la Lumière...

 

La surface masque la profondeur de son étang...

Le vrai regard se fait plongeant comme pierre jetée en le mitan...

Les ondes peu à peu s'effacent, puis les choses se replacent...

mais, cependant, tout se passe, lors, vibrant en le dedans !...

 

Le regard fait le visage lisible, et rayonnant, multiplement...

 

La vision n'est souvent qu'ébauche et estompage, mais, par elle la pensée, le corps même se fait voyant, distinguant, de la forme, le fond l'animant, ouvrant, à notre esprit, le rayonnant passage....

 

Tu cherches la clef et tu cherches la porte alors que Cela est ouvert immensément...

 

Ce qui semble figé, englué dans la matière est, en vérité, un mouvement...

 

Le regard porte et emporte... S'en va parler aux nuages comme le fait un cerf-volant...

Ce qui importe ; c'est d'offrir ses ailes aux vents ...

 

Obscurité, opacité et lueurs ont leur demeure et leurs mouvances,

mais toutes participent du vif de l'alliance et sont graines du Semeur...

 

Ais confiance, suis les entrelacs ; ils te diront la voie qui mènent aux transparences....



16/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 423 autres membres