Les dits du corbeau noir

POESIE : FRAGMENTS D'UNE FURTIVE PRESENCE AU MONDE "EVA" BRAN DU 2017 05 08 AOUT

Descriptif du samedi 05 août 18 H 02

Terrasse du bar « Au Moulin » à Dahouet 22380...

 

Fragments d'une furtive présence au monde...                    Bran du

 

                   EVA  ; c'est le prénom que je lui donne...

 

 

 

De ma fenêtre :

une femme assise en terrasse...

 

Robe longue, plissée et rouge, décolleté profond dans le dos...

cheveux satins, souples et longs...

Sac rouge à forte contenance...

Lunette de soleil sur la tête façon St Tropez...

Un smartphone posé sur la table...

Un spray à portée de mains...

Elle se vaporise l'une d'entre elles qu'elle glisse sous son aisselle gauche et sur son sein...

 

Elle a commandé un café...
Elle est seule à la table, avec trois chaises vides tout autour...

 

Pas de boucles d'oreilles...
Elle a les bras nus, des bras fins peu charnu...

Sa silhouette est fine également …

 

Elle attend, porte regard à tout ce qui marche et roule...

Une montre élégante à un poignet, une cordelette péruvienne à l'autre...

La trentaine environ...

Peau blanche (une estivante urbaine qui vient d'arriver en vacances ?)...

 

Nez à l'égyptienne (à la Cléopâtre)...

Elle porte l'un de ses doigts à sa bouche en position de réflexion....

Elle ne fume pas...

Elle appuie son front sur sa paume gauche, le bras en tension sur son coude posé sur la table...

 

Elle a changé de place, tourné le dos au soleil...

Elle a un livre ouvert sur ses genoux. Un livre « sérieux », épais, (300 pages au moins), format italien... Elle le feuillette nonchalamment...

Elle a refermé le livre, l'a posé sur la table, ses deux coudes reposent sur le dos de la couverture...

Le livre a été lu pour moitié, un signet indique la page de la dernière lecture...

 

Pour l'instant, elle feuillette négligemment la fin de l'ouvrage...

Elle a rangé le livre dans le sac et passé une veste en laine marron claire...(Aux manches trop longues qui débordent sur les doigts...)...

 

La robe est moins échancrée sur le devant.

Elle tire de temps en temps sur la bretelle du soutien-gorge sans doute trop serré et qui « marque la chair »...

 

Elle a repris la lecture, le livre est revenu sur ses genoux...

Elle se gratte le bout du nez...

Elle a une marque rouge sous le genoux droit (chute, éraflure...)...

Elle porte l'index droit à sa tempe...(Attitude de lecture en public?)...

 

Un instant d'inattention et elle a disparue prestement...

Nulle trace alentour...

 

En fait la voici qui revient avec une barquette de frites (qu'elle a acheté chez Ty Boof) et un verre de bière à la pression...

Elle mange ses frites une par une sans faire de pause...

 

Jambes assez longues, mais peu musclées...
Sandalettes d'été en cuir noir (ou plastique) à deux courroies pour la maintenance...

Elle passe, deux ou trois fois je ne sais plus, les doigts de sa main gauche dans le bout de ses cheveux et les aèrent...

 

Pas de bagues ni d'alliance aux doigts...

 

En fait c'est bien une perle marron foncée enfilée sur un collier très fin... Tant pis pour le grain de beauté (Il doit y en avoir ailleurs de toute façon.)...(L'idée me plaît bien !)...

 

Sous la robe rouge il y a un débardeur bleu marine qui dépasse à peine et qui masque la jonction des seins assez petits au demeurant...

 

Un couple est arrivé et s'est installé à sa table...
L'homme, la soixantaine, casquette marine, polo et short d'été, mocassins légers aux pieds...

La femme cheveux mi longs, drus, avec des mèches argentées... Lunette noire, débardeur noir... La cinquantaine passée...

Ses parents ?...

 

La discussion s'engage, grave apparemment...

Famille bourgeoise et aisée au demeurant...

 

Cette fois, il ne reste que trois verres vides sur la table...

 

La Famille ? La jeune femme ? Evaporée !...



06/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 434 autres membres