Les dits du corbeau noir

POEME POUR UN LOTUS ENTROUVERT 2017 BRAN DU 26 06 JUIN

 

 

Poème pour un lotus entrouvert... Bran du      26 06 2017

 

 

Ma pensée se dilue, se détache en flocon comme la neige au sommet de l'hiver....

 

(Le blanc, rien que le blanc et cela qui m'est blancheur.)...

 

Je n'ai séjour et je n'ai demeure

que de la graine qui se balance au vent...

 

Non plus de l'araignée, la toile, mais ces gouttelettes de rosée qui sèchent sur le fil d'un matin triomphant...

 

Vent, nuage, averse et ondée emportent et diluent ma pensée, l'essaiment au versant des collines de feuillage et de sang...

 

Il n'est plus de gouverne au mental ;

seule une douce dérive au gré des courants ;

Brin de laine flottant parmi les tondaisons de l'été...

 

Des brides intellectuelles se détachent comme une feuille d'automne de ma branche d'homme ; ce qui fût du ciel s'offre à la terre et celle-ci murmure son contentement...

 

Pureté de l'instant posé comme une libellule sur le rameau d'aulne qui surmonte la rivière qui va serpentant...

 

Dire seulement que je serpente avec elle comme me sont, de la libellule, les ailes qui vont explorant les méandres de l'Amour...

 

Je suis cette oscillation entre le céleste et le terrestre, cet éventail qui s'ouvre et se referme comme le calice d'une fleur selon l'ardeur du soleil qui se veut lui être servant...

 

Je sais en moi le feu ancien, la prime étincelle contre lequel l'amas de cendre ne peut rien... Je sais le lait dans le Sein et la bonté à satiété...

 

Un gong vibre dans la vallée et mon cœur lui fait écho, tambour se fait ma peau pour les danses de lune et de soleil...

 

Au chevet de la nuit l'étoile s'est allumée...

 

Lors je m'endors ayant aurore en la nuitée...

 

...///...

 

 

Le matin hisse ses couleurs ;

C'est oriflamme que l'été...

 

Je pendule comme un brin d'herbe

Je suis, de l'insecte, le crissement

Et sur l'étang ce miroitement

qui fait la lumière si belle...

 

Un ballet strident d'hirondelles

entoure la demeure de mon être

lui aussi volant parmi les rémiges de l'espace et du temps...

 

Ecume arrachée à la crête des flots

et que le vent du Nord disperse sur les rivages alentour...

 

Pure vision de l'Amour qui ensemence ses labours faisant croître la Vie dans l'humus et le terreau...

 

Vague après vague déferle le mantra des sons et des mots

dans l'amplitude et la ferveur...

 

Mon corps tourbillonne parmi le brassage des eaux...
Lors, se rempli le bassin ; mes mains faisant coupe pour le vrai, le juste et le beau...

 

...........................

 

 

Cela que la brume enveloppe à notre amour fait manteau !



26/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 423 autres membres