Les dits du corbeau noir

PHILOSOPHIE ESTIVALE : DE LA "RUMINATION" 2017 BRAN DU 03 08 AOUT

 

Brocéliande 06 07 2017 075pm.jpg
Tableau de Robert Morvan (Photo Bran du)

 

 

 

 

La Vie intérieure de Christophe André (France Culture)

 

Commentaires et extension par Bran du 03 08 2017

 

"Ne perdez jamais le lien avec vous-mêmes"...

 

 

De la rumination négative...

 

La rumination remplace notre involonté ou incapacité à Agir...

Elle remplace l'action que nous sommes incapables de mettre en oeuvre du fait d'une tétanisation de nos désirs et volontés...

 

 

Il est fort souhaitable de faire cesser dès sa mise en route le manège infernal de la rumination qui une fois lancé tourne jusqu'au vertige...

 

 

Il y a trois questions fondamentales à se poser : quand la "rumination" se met en place et investit tout notre être :

 

1 / Est-ce que mon raisonnement est bien réel, correspond à une "réalité" (je suis vraiment en grand danger ou non ?)...

Ou bien suis-je en train de développer des faits et des situations relevant davantage du virtuel que du réel ?

 

2 / Est-ce que, par ma réflexion présente, j'ai ou non le sentiment d'avancer sereinement, pacifiquement, calmement, en compréhension et entendement ?

 

3 / Le fait de penser objectivement cela me permet-il ou non d'y voir plus clair ? Le fait de m'offir la capacité de réflechir clairement à la question, à l'interpellation, qui se pose à moi m'apporte-il un "soulagement" ou non ?

 

Si la réponse est non sur ces trois points ; c'est que je suis déjà entré dans le processus de la rumination et de son incessante répétition et amplification !...

 

 

Brocéliande 06 07 2017 076pm.jpg

 

 

Comment faire cesser cette "tourmente" ou éviter son ébranlement

fort préjudiciable ?

 

 

En passant sur le registre de la rumination "positive" en me remémorant des instants heureux du passé et en s'offrant le bonheur d'en jouir de nouveau...

 

 

En quittant l'emprise par une écoute de son corps et de sa mise en mouvement (à travers la marche par exemple en sortant de l'enclos et en coupant les barbelés de celui-ci et en promenant son regard sur la vie sui coule et ruisselle de nouveau autour de nous réactivant nos propres sources et fontaines intérieures.)

 

 

En redevenant des acteurs et des artisans ou des oeuvriers du Vivant, en passant alors du "subir" à "l'agir", par un "acte créateur" et ce quelque soit la forme de celui-ci...

 

 

La "méditation" active peut être aussi cette "marche" et cet "acte créateur", car elle n'est pas du tout limitée à la passivité silencieuse et intériorisée qu'elle suppose et qu'on lui prête pour être efficace et pertinente !...

 

 

La rumination portée à l'extrême et à l'excès est un fort vecteur de déséquilibre et de disharmonie, elle ébranle socle, fondement et stabilité en nous et entre nous et le monde extérieur au point de nous coupé de nous-mêmes et de celui-ci...

L'anxiété et la dépression trouvent alors un terrain de prédilection pour s'implanter durablement...

 

 

La rumination trouve son "énergie" et sa "force" d'envoûtement et d'asservissement à travers nos sensibilités et nos émotions qui, livrées à elles-mêmes, sans le recours et le secours d'une raison raisonnante adéquate et appropriée, ne peuvent que se perdre et s'égarer dangereusement dans le labyrinthe nébuleux et obscur de nos affects...

 

 

Nous ne sommes pas faits pour subir, mais pour agir en conscience, en connaissance de causes et d'effets, en cohérence, en discernement, librement avec toute la responsabilité que cela induit et ce, en cultivant ardemment et audacieusement, le "Mouvement de la Vie" et en prenant partie pour Elle...

 

 

Brocéliande 06 07 2017 078pm.jpg



03/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 447 autres membres