Les dits du corbeau noir

ODILON REDON PEINTRE ETUDE BRAN DU 2017 ET LA DRUIDESSE POEME EN HOMMAGE 20 03 MARS BRAN DU

 

 

ODILON REDON Peintre... Bran du 20 03 2017

 

 

 

 

Etude faite à partir de l'ouvrage (recommandé) de Michael Gibson édition Taschen

 

 

« REDON »...

 

 

 

 

 

 

20 MARS 2017 BROCELIANDE 034pm.jpg

 


Odilon REDON ( peut-être l'oeuf d'or ou l'embryon cosmique ?)

 

 

 

 

 

 

« Un homme rempli de bienveillance et de compréhension.»

 

  

 

 

Pierre Bonnard à propos d'O Redon.

 

 

 

 

« L'art est là où le rêve est vivant. » R Bresdin

 

 

 

 

Trop méconnu et pourtant si apprécié par nombre de ses confrères Odilon Redon est un des peintres qui m'ont

 

 

 

 

le  plus « touché » avec J Bosch et Bruegel l'Ancien lors de mes premières approches picturales...

 

 

 

 

J'ai apprécié sa peinture avant que de connaître sa pensée et ses réflexions... Certaines vous dont présentées

 

 

 

 

ci-dessous :

 

 

 

 

 

« Un artiste est seul .»

 

 

 

 

 

« Tout se fait par la soumission à la venue docile de l'inconscient. »... « L'éclair imprévu de la minute

 

 

 

 

heureuse. »...

 

 

 

 

 

« L'art est une fleur qui s'épanouit pleinement hors de toute règle. »... « La fleur rare de l'originalité doit être

 

 

 

 

une fleur unique. »...

 

 

 

 

 

 

« L'art obéit à des lois secrètes »...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La loi essentielle de la création ne peut être apprise par règles ni formules. »...

 

 

 

 

« L'art se fait selon soi seul. »... « J'ai fait un art selon moi. »...

 

 

 

 

« … Un don de sensualité délicieuse, native. On ne l'acquière pas. »...

 

 

 

 

 

« Faire avec les yeux ouverts sur les merveilles du monde visible avec le souci constant d'obéir aux lois du

 

 

 

 

naturel et de la vie. »...

 

 

 

 

 

« Nous naissons avec un autre homme en nous, en puissance, que la volonté maintient, cultive et sauve - ou ne

 

 

 

 

sauve pas. »

 

 

 

 

 

« La musique ; c'est le contact même avec l'au-delà. »

 

 

 

 

 

« Nos dessins inspirent, mais ne définissent pas. » « Ils ne déterminent rien.» « Ils nous placent ainsi que la

 

 

 

 

 

musique dans le monde ambigu de l'indéterminé. » « Une essence de vie exprimée autant par des contours que

 

 

 

 

 

par des reliefs. »... « Une clarté venue du dedans. »...

 

 

 

 

 

 

 

 

« J'ai su, avec les yeux ouverts plus grandement sur les choses que la vie que nous déployons peut révéler aussi

 

 

 

 

 

de la joie. »

 

 

 

 

 

 

« Dire sur la fin (de sa vie) la joie compensatrice des mauvais commencements. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Regardez passer les nuages changeants, les éclats féeriques de leurs fugaces changements. »

 

 

 

 

 

 

« Là-haut, se cabrent toujours les chevaux du soleil, triomphants et qui jamais ne se lassent de propager la

 

 

 

 

 

lumière. »

 

 

 

 

 

« C'est ainsi que la Nature créée du diamant, de l'or, du saphir, de l'agate, du métal précieux, de la soie, de la

 

 

 

 

 

chair. »...

 

 

 

 

 

 

«La Bretagne où s'est accumulé dans l'air même un long dépôt de l'âme humaine, pleine de jours et de temps,

 

 

 

 

 

 

 

comme un esprit des choses, de la légende aussi. »...

 

 

 

 

///...///

 

 

 

 

 

Voilà un homme formé à travers une enfance faite de délaissement et d'abandon ; enfance qui trouva lors refuge

 

 

 

 

 dans le silence et la contemplation... Ce fut une jeunesse qui a défaut d'une réalité bienheureuse fut livrée à la

 

 

 

 

 

grande rêverie...

 

 

 

 

 

 

Sa première et longue période picturale sera « sombre » et fera élection du noir (le noir, la couleur la plus

 

 

 

 

 

essentielle dira-t-il alors.)

 

 

 

 

 

 

 

La couleur fera son apparition au cours des 26 dernières années de sa vie... Il traquera lors, entre le clair et

 

 

 

 

l'obscur, le puits, la fontaine, d'enchantement...

 

 

 

 

 

Après avoir « maîtrisé » le noir, il se livrera au chatoiement des couleurs... ces tableaux seront dès lors de

 

 

 

 

« odes pour la lumière »... Une lumière qui se veut « ruissellement. »...

 

 

 

 

 

 

Regardant derrière lui il dira : « Les noirs où sont-ils maintenant ? »...

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont maintenant des images étrangement mystiques et mythologiques et nombre de symboles s'épanouissant

 

 

 

 

 

dans les prairies du ciel...

 

 

 

 

 

Des femmes parées de leur nudité radieuse s'éveillent au creux des coquillages, nacre et chair mêlées...

 

 

 

 

Ce seront aussi des bouddhas avec leur aura de sérénité favorisant une méditation aurifère.et solaire...

 

 

 

 

Le rayonnement est là, irradiant tout alentour sans que l'on ne sache vraiment d'où provient cette « vibration

 

 

 

 

 

 

d'Amour »...

 

 

 

 

 

On dira encore de lui que ce fut un artiste solitaire et spirituellement apatride ayant certainement souffert d'une

 

 

 

 

 

crise spirituelle profonde...

 

 

 

 

 

Peut-être voulait-il, lui aussi se « perdre pour l'éternité au sein de la divine source de toute harmonie. » comme

 

 

 

 

 

le formula Gauguin qui fut un ami et que Redon admirait...

 

 

 

 

 

 

Il fut de ces « merveilleux nuages », de ce « monde flottant » cher à Lao-Tseu... Une rêverie tombant en averse

 

 

 

 

 

 afin que soit l'arc en ciel dans le grisé du cœur...

 

 

 

 

 

 

 

En hommage ce poème à partir du portrait unique d'une...

Druidesse... (Peint en 1893)...

 

 

 

 

 

 

 

20 MARS 2017 BROCELIANDE 031pm.jpg

 

 

 

Odilon REDON La Druidesse 1893

 

 

 

 

 

 

La Druidesse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vêtue de ciel et de soleil

 

 

 

Elle semble fixer l'horizon

 

 

 

Car c'est de là que s'en viendra

 

 

 

L'attente de son cœur

 

 

 

Le voile de lumière

 

 

 

Qui lui fera don d'une vêture d'étincelle...

 

 

 

 

 

 

La certitude est là dans ce regard

 

 

 

Dans l'observance de l’œil qui affouille l'espace

 

 

 

Qui s'en vient des profondeurs et qui remonte

 

 

 

Comme l'eau tirée du puits

 

 

 

Sur la margelle d'entendement

 

 

 

Où la soif s'en vient boire

 

 

 

Sa sève et son miel...

 

 

 

 

 

 

 

Peindre afin que boire, puisse le cœur !...

 

 

 

 

 

C'est un visage qui s'éclaire par le dedans

 

 

 

Puis qui se teinte d'aube et d'aurore...

 

 

 

Lors fleurit le mystère

 

 

 

 

Qui donne vie à toute mort...

 

 

 

 

 

 

Le Grand Observateur

 

 

 

Dilate sa pupille

 

 

 

S’entrouvre alors le champ du possible ;

 

 

 

 

Cela qui se doit d'advenir....

 

 

 

 

 

Mais « Cela » est sans miroir

 

 

 

Si ce n'est dans le cristal bleuté de l’œil aux reflets d'émeraude

 

 

 

L’œil qui seul, voit et sait

 

 

 

 

L'ombre dont se pare le manteau clair de la vie...

 

 

 

 

 

 

Femme parée et plus que Femme, Déesse...

 

 

 

 

 

Sa présence est absence

 

 

 

Voile voguant déjà vers l'ailleurs

 

 

 

 

Vers des îles où s'enlacent les mondes...

 

 

 

 

 

 

L'Immobile se fait Mouvement...

 

 

 


Le « Présent » est offert...

 

 

 

 

 

 

 

Le peintre a tissé la toile de ses rêves

 

 

 

(L'Echeveau tressé des crinières sauvages)

 

 

 

 

 

Lors la pensée voyage vers l'indicible et ultime demeure...

 

 

 

 

 

 

 

Bran du 20 03 2017



20/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 422 autres membres