Les dits du corbeau noir

O GHEL AN EU LE BLE LEVE BARDI DU SOLSTICE D HIVER 2004 BRAN DU 2016 27 11 NOV

O GHEL AN HEU ! Bran du 2004

 

 

                    « Une source ; c'est toujours un miracle. » Colette

 

 

 

 

Le ciel grondait, charriait des fleuves de lait et de cendre...
Le matin même tardait à se lever...

Des rideaux gris pendaient devant la grande chambre...

Le jour ne venait pas retenu dans le profond de la nuit...

 

 

Les semences étaient sans paumes pour emblaver le sein de la terre figée dans la glace tenace du froid de l'hiver...

 

Partout le silence avec parfois, fendant l'air comme se fend la glace, les cris aiguisés du pic des corbeaux...

 

La lune trônait, souveraine sur les hauteurs enchâssées d'étoiles...

 

 

Plus de rires à jaillir des fourrures de l'angoisse...

Plus de mains de jeunes filles et de femmes pour tisser ensemble les brins de nuit et de jour...

Orpheline se faisait la trame des tisserandes de l'Amour...

 

Le grenier des songes s'emplissait de souris et de rats...

La flèche restait dans le carquois, l'hiver seul menait sa traque...

Nul gibier, nul fumet à tournoyer dans l'âtre...

Nul festin, nul repas, mais que la faim qui ronge...

 

 

C'est alors qu'ils décidèrent d'élever la Pierre

De la dresser face aux Etoiles

au lieu choisi de la correspondance...

 

Les muscles tendaient la corde...

Tous s'arc-boutaient poussant le cri qui donne force...

La sueur ruisselait dans l'écorché des épaules...

Tout le clan bandait son torse démultipliant l'effort ne faisant plus qu'un seul désir, qu'un seul corps...

 

 

C'était horde que cela dont le Sage était meneur...

 

Se fut, soudain, comme le sang qui, aux tempes, revient,

Comme la mer retrouvant son rivage, l'épousant de ses flots

Comme la montée immense des eaux qui submergent les terres...

 

La pierre était là, dressée au plus haut de ce que l 'homme peut hisser dans le ciel de foi et de ferveur...

 

 

 

Lors il y eu dans la chape noire qui baignait alentour, comme une trouée ; une lente déchirure, là où la pierre pointait son monumental désir, il y eu trois rais à jaillir, trois rais de vive lumière....

 

 

Lors, vers le triangle solaire, s'élevèrent, du clan, les rouges et enflammées clameurs :

 

 

O Ghel an heu : O Ghel an heu ! Le Blé lève ! Le Blé lève !



27/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 447 autres membres