Les dits du corbeau noir

MIGRANT/MIGRATION/SPECIFICITE/ DIFFERENCE/BASE 3... REFLEXION 2017 BRAN DU 27 02

Migrants et migrations... Spécificité et uniformité...

Recours à la Base 3 !

Réflexions Bran du 2017 27 02

 

 

La spécificité et la singularité ne sont en aucun cas incompatibles avec une notion d'unité laquelle unité ne saurait être une uniformité codifiée et planifiée et laminaire...

 

Une des grandes richesses de ce monde réside dans son époustouflante « diversité » laquelle démontre une inventivité et une créativité inégalées qui manifestent le « miracle » et la splendeur extraordinaire du « vivant »....

 

La différence peut être parfaitement conçue ; non comme une atteinte nuisible à une façon, d'être de faire, de croire, mais comme une complémentarité bénéfique ; comme une valeur ajoutée et non retranchée qui offre au singulier une dimension plurielle...

 

Victor Ségalen, le poète, écrivain, médecin, explorateur, archéologue, à célébrer le divers et en à fait l'éloge ; il s'est opposé et il s'est affronté aux concepts de la pensée unique et exclusive, de la religion dogmatique et hégémonique...

 

Dans son magnifique ouvrage intitulé « les Immémoriaux », il relate avec talent et pertinence la disparition de la Tradition et de la Culture Maori , ceci sous l'action cumulée des entreprises étatiques coloniales et de la christianisation (évangélisation forcenée)...

 

Il serait souhaitable de se rappeler comment ces entreprises hégémoniques et « meurtrières » sont venues à bout du peuple amérindien dans son ensemble transformant un peuple fier en esclave soumis à la loi du plus fort...

 

Souvenons-nous de ces milliers d'enfants arrachés, dès leur petite enfance, à leur père et mère pour être « américanisés » et devenir de bons citoyens des Etats-Unis et ce par l'entreprise de confréries religieuses, complices et partenaires de ce kidnapping institutionnalisé...

 

Leurs parents n'ont cessé d'être trahis par des promesses non tenues, spoliés de leurs biens, de leurs terres, de leur vie même... Quant à leurs enfants ; ils se sont faits volés leur enfance et leur devenir..

 

Non seulement tout fut entreprit pour qu'ils ne soient plus des « peaux-rouges » jugés incultes et incivilisés, mais ils ne seront jamais reconnus et acceptés comme des américains à part entière et pour la plupart d'entre eux ce sera le chômage, la misère, le racisme au quotidien, l'exclusion sous toutes ses formes et par conséquence des conditions telles de « non-vie » que la violence, l'alcool et la drogue germeront de cet état déplorable d 'abandon et de laissé pour compte...

 

Ni américains et dépossédés de leur « indiénité » traditionnelle, ils ne seront plus que ce « Rien » orphelin d'un Tout qui lui donnait sens et Essence...

 

On se souviendra aussi, pour regarder plus près de chez nous, le sort réservé aux petits bretons et petites bretonnes au 18è siècle soumis eux-aussi et quotidiennement à des procédés d'acculturation aussi forcenés et destructeurs de la part d'un Etat français acharné à faire disparaître une langue et une mémoire supposée nuire à « l'Unité centralisée de la France »...

 

Cet argument demeure, hélas, celui des élus de la majorité de la Nation qui se refusent, encore aujourd'hui, à signer la charte européenne de protection des langues minoritaires ; seul état dans l'Europe à s'opposer farouchement et stupidement à la liberté de parler la langue de ses ancêtres et d'en vivre la culture et d'en respecter et d'en transmettre la mémoire !

 

En quoi cette différence culturelle serait un élément nuisible d'entendement et de compréhension entre une idéologie centralisatrice demeurée « jacobine » dans sa modernité et des régions et provinces entretenant leur singularité et spécificité culturelle et linguistique ? Au nom de quoi atteindre au droit naturel, de tous et de chacun, (si ce ne sont pour des raisons bassement obscures et politiciennes), de vivre et d'incarner les différents aspects de sa culture ancestrale ?

 

Les fausses raisons invoquées vont à l'encontre de toute véritable sagesse, elles favorisent (ou fomentent volontairement) ainsi des réactivités exacerbées qui sont utilisées par la suite pour justifier l'injustifiable aux yeux d'une population que l'on divise et oppose...

L'extrême danger de tout cela c'est que cela suscite, alimente et entretient des idées racistes et extrêmes qui s'opposent à des cohabitations différenciées, mais paisibles et sereines et vectrices d'évolutions bénéfiques pour tous et chacun...

 

Migrer et migration :

 

Migrer: effectuer une migration soit un déplacement, un voyage...

changer de région...Changer de position... Quitter un lieu pour un autre de façon plus ou moins durable...

 

Il y aurait aussi tellement à dire, à,défendre, de ces « autres » si injustement qualifiés (et systématiquement) de voleurs de poules, de travail, de femmes, de biens, d'eau, de pain, et d'air tant que l'on y est... De ces « nomades », transhumants et migrants qui parcourent l'Europe en se faisant repousser de partout comme une bille dans un billard électrique...

 

Ce sont les derniers hommes libres, les dernières femmes libres et leur liberté nous est d'autant plus insupportable qu'elle nous renvoi le miroir, souvent intolérable, de ce que nous avons abandonné de notre liberté à être et à vivre, de toutes les concessions faites à l'illusion du confort et du bonheur sédentarisés à l'extrême...

 

Ces rebelles, ces résistants, ces êtres sans attaches foncières, sans « propriété », nous révèlent au grand jour, nos soumissions, servitudes et abandons... Et c'est ce « prix là » que nous leur faisons tragiquement et inhumainement payé...

 

Pourtant, sous nos masques de peur, de crainte, de haine, de rancoeur, de mépris, de rejet, réside un homme et une femme qui voudraient bien leur ressembler, car ils sont l'un des vrais, dignes et beaux visages de l'humanité en marche vers une dignité plus grande encore et plus fraternelle !...

 

Les enjeux politiques (de politique politicienne) utilisent grandement les « différences » pour les présenter comme étant les pires ennemis de tous et de chacun...

Dresser les uns contre les autres afin de s'assurer toute la puissance, tout le pouvoir, toute les dominations et appropriations éhontées est une stratégie qui est hélas très efficace pour obtenir les buts recherchés et pour susciter la « division » entre les êtres car cela assure un bon règne et une bonne emprise sur ceux-ci...

 

Transférer, reporter, sur l'autre toutes les peurs, ignorances, souffrances et misères qui sont les nôtres et dont une bonne part provient de notre faiblesse, de nos manques de courage et d'audace, du refus de nous voir comme nous sommes vraiment, constitue ce que l'on appelle la stratégie du "bouc émissaire" ; c'est le "fautif" tout trouvé pour évacuer la réalité et nos propres manquements et responsabilités...

Et c'est surtout un terrible appel au meurtre et au génocide !...

 

Les tenants de tout pouvoir savant utiliser o combien cette stratégie planétaire... Et cela reste et demeure d'une brûlante, criante, douloureuse et très inquiétante actualité !...

 

Il est énormément et dramatiquement question dans toute l'Europe et dans le monde entier, des flux migratoires, volontaires ou non, de personnes ou de populations amenées ou obligées à se déplacer (contre leur grès le plus souvent.)...

 

Tous ces déplacements, forcés en majorité, ne sont que les conséquences des causes humaines qui les ont générées...

 

L'Histoire nous rappellent que quelques supposés « grands » se sont jadis, mais il y a peu, « partagés » le monde (Yalta) et que d'autres, sur le plan de la haute finance, de la spéculation, de la main mise économique, extrémiste et religieuse et politique, ont et font de même...

Par ailleurs, et bien avant, nous retrouvons là tous les enjeux colonialistes pseudos civilisateurs...

 

Tout ceci avec les aberrantes et tragiques conséquences que l'on sait, que l'on constate, que l'on vit et dont les situations présentes sont les dramatiques résultantes...

 

La réalité :


Nous sommes tous et toutes des « migrants » : nous allons de cette vie vers un au-delà de cette vie et ce selon les conceptions propres et spécifiques à tous et à chacun...

 

Nous sommes, au quotidien de notre existence, sans cesse en mouvement et en déplacement et donc aussi en « voyage » et c'est à travers tout cela que notre existence prend vie et que notre personnalité se découvre, se construit et évolue...

 

C'est dans le mouvement que se font la rencontre, l'échange, la découverte, le partage qui concourent à nous fonder et à nous forger en tant qu'individu unique, singulier, spécifique enrichissant de sa « personnalité » la palette du « Vivant »...

 

Nos fléaux, nos maux, nos « drames humains », quasi ontologiques, proviennent de notre « Peur » ; Peur de soi-même, de l'autre, des autres, de la nature, de la différence et cela conspire grandement contre la paix, la sérénité et l'entente cordiale entre les êtres, les règnes, et tout l'univers visible ou non...

 

Le plus dramatique, c'est que cette « Peur » est, depuis toujours, instrumentée, institutionnalisée, manipulée idéologiquement, à des fins orgueilleuses, ambitieuses, arrogantes, dramatiques, meurtrières et stupides qui vont à l'encontre même de l'Homme, de sa dignité et de sa destinée...

 

..............................

 

Le culte de la division :

 

Diviser les hommes et les femmes en additionnant tous les inversions de valeur qui fondent et forgent une réelle humanité ; c'est cautionner et valider la multiplication des drames humains et se soustraire à ce qui fait et donne sens à notre existence même : la dignité, la bonté, la solidarité, l'entraide, l'équité, la justice, la vérité, la beauté, la probité, la liberté responsable, le sens même de la vie et son essence même...

 

///...

 

J'entends monter et gronder des confins de toute l'Europe une terrible et très inquiétante clameur qui ne présage rien de bon pour la vie et sa prodigieuse diversité, pour l'entendement conscient, cohérent, pacifique et volontaire entre tous les êtres et toutes les formes de vie..

 

 

Etre et se vouloir « chez nous » ; c'est habiter et incarner l'Esprit même de l'univers et ce, de la planète dans la conscience aiguë d'une communauté de destin et non pas enclore nos territoires (internes et externes à tous et chacun) de barbelés, de chiens de garde et de miradors !..

 

Attiser la haine ; c'est propager le feu dévorant d'un incendie du corps, du cœur et de l'esprit de tous et de chacun et celui-ci enveloppera de fumée et de cendre tous les territoires incendiés et, à plus ou moins court terme, leurs incendiaires...

 

Comment est-il possible de prétendre instaurer ou restaurer des équilibres et une harmonie quand on prône des attitudes extrêmes lesquelles sont à l'opposé même d'un centre régulateur et « harmonisateur» ???

 

Ce ne sont que des stupidités grotesques, imbéciles, aberrantes, mais hélas aux effets des plus néfastes, que ces arguments assénés tous les jours par les tenants de « l'Ordre » lequel, « extrêmement » exprimé et imposé, ne peut aboutir qu'au chaos, qu'au désordre généralisé, en passant par la dictature sous toutes ses formes...

 

La Vie résulte, l'état de « Vie », résulte, dans sa création, sa venue au monde même, du désir et de la volonté d'associer des différences pour concourir à une évolution profitable, bénéfique, bienveillante et bienfaisante...

 

En nous soumettons aux peurs et à ceux et celles qui l'instrumentent à des fins de domination, d'assouvissement et d'asservissement, nous faisons de notre vie une parodie, un plagiat, une ineptie, une aberration tant nous sommes à l'opposé, aux antipodes, des éléments constitutifs de la « vraie vie » et de l'Essence haute et profonde de Celle-ci...

 

L'esprit nomade n'est pas incompatible avec l'esprit sédentaire et les deux peuvent cohabiter en bon et intelligent terme...

Chacun est nécessaire voire indispensable à l'autre et tous deux peuvent expérimenter et partager les valeurs spécifiques à chacun...

 

Il y a les peurs, l'indifférence et les différences propres à chacun et à chacune...

L'indifférence : c'est ne pas vouloir écouter, entendre et comprendre, le dit du Un !...

 

Le Un n'oppose pas, n'a ni désir, ni volonté, d'opposer stérilement le Deux, Il n'entretient pas l'antagonisme forcené du Deux, le conflictuel redondant de Celui-ci, mais il invite et propose le « Trois » comme vecteur et facteur d'équilibre et d'harmonie conciliant et solidarisant chacun et chacune dans l'amour, le respect, la tolérance, les nuances et différences qui les nouent...

 

Nos sociétés dualistes, enfermées dans cette dualité d'oppositions et d'antagonismes forcenés et aberrants se détruisent mutuellement et grèvent tragiquement leur propre devenir et celui des générations à venir...

 

Il est grand temps de revenir en les adaptant et actualisant aux sagesses traditionnelles qui prônent une existence en BASE TROIS... Car là résident la solution, la réponse adéquate et parfaitement adaptée à toutes nos problématiques contemporaines et humaines...

 

C'est avec une telle pensée « ternaire » que nous aurons les outils et instruments indispensables à un changement de paradigme sociétal et que nous sortirons vainqueurs de l'enfermement d'une bipolarité incapable de se concilier et d'oeuvrer symbiotiquement autrement...

 

Rappelons-nous alors, et avec fierté, reconnaissance et gratitude, que le Monde Celte pensait, vivait, jouissait, mourrait, espérait, en Base Trois comme d'autres peuples indo-européens d'ailleurs et que, si nous nous disons en être les héritiers, il nous appartient alors de faire de même, ici et maintenant, dès aujourd'hui pour demain car Cela Fût, Est et Sera qui se veut encore et toujours, de bonté et d'amour, d'équilibre et d 'harmonie...



03/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 447 autres membres