Les dits du corbeau noir

MEGALITHES, NAVIGATION ET CACHALOT ETUDE 2017 BRAN DU 17 08 AOUT

 

Mégalithes, navigation et cachalot....  Etude     Bran du

 

 

Sources : Dossier Archéologie H.S N° 32  Carnac et les phénomènes des mégalithes breton.

 

 

 

Les travaux menés par Serge Cassen et Valentin Grimaud sur les gravures du mégalithisme morbihannais et les techniques nouvelles utilisées permettent de revisiter certaines interprétations des figures relevées (de nouvelles ont été d'ailleurs découvertes)...

 

Ces symboles sont bien « une représentation du monde et un accès à la pensée et la façon dont il est conçu »...

(Un système de « langage » donc de communication dont de « reliance »...mais aussi de cohésion sociale et d'entendement en terme de croyance et d'espérance communautaires...)

 

Ces « figures symboliques, images, métaphores, portent une représentation du monde d'autrefois. La diversité des « messages »

peut signifier Le mythe d'une fondation d'une famille, la création d'un territoire, une suite de privilèges, l'exploit d'un commanditaire ou l'origine du monde »...

 

Etant pour la plupart des monuments à usage dit funéraire on ne s’étonnera pas que la mort soit ici au plus près de la vie et inversement et donc dans des rapports privilégiés des plus étroits et profonds ! (Humus de mort et humus de vie réunis dans le même terreau, le même athanor matriciel, des alchimies du possible ; alchimie du passé, du présent et du devenir, alchimie en fait de « l'immortalité ».)...

 

La nouvelle lecture scientifique de monuments importants et plus particulièrement de celui de Gavrinis permettent aux auteurs de ces découvertes d'avancer de nouvelles hypothèses des plus pertinentes...

 

Essentiellement, la présence sur de nombreux supports de monuments divers du thème de la barque, de l'embarcation et la figure associée du cachalot...

Ainsi l'acceptation courante dite de la « hache charrue » pourrait bien être entièrement reconsidérée par rapport à ce qui précède....

 

« Le monolithe de St Samson sur Rance présente quatre face « orientées » qui comportent chacune un thème de gravures associées et cohérentes entre elles...

A l'Est, une embarcation sans équipage est isolée au sommet du panneau...

A l'Ouest, de nombreux motifs accumulés portant témoignage d'un

monde sauvage (suidé, cervidé,oiseau, cétacé)...

Au Nord, s'inscrit un couple d'animaux domestiques (bovin et caprin)...

Au Sud, se superposent les objets des hommes (haches, anneau, crosses de jet, aviron de gouverne) et l'homme lui-même bras en croix. »

 

Ce corpus de signes gravés date du Néolithique...

 

Une bonne partie des gravures de Gavrinis (Près de 50 m2 de parois gravées!) semble avoir été la manifestation d'un pur désir d'ornementation ou de décoration mais... ce peut-être aussi, et l'importance se tient là, que dans cette « unité d'ensemble » rendue en grande partie par toutes les gravures concentriques certaines en demi-cercle emboîtés et les signes radiés associés pourraient bien relever une intention et une conception liées aux « Vibrations » de vie réactivant ce qui était, à priori, mort !...

 

« Au sein de cette famille de signes radiés, les demi-cercles emboîtés sont la marque même du monument.

Toutes les 25 dalles gravées visibles de Gavrinis contiennent au moins 1 motif de cercles concentriques et parfois jusqu'à 13 juxtaposés. Le fait que plusieurs compositions associent ces arcs concentriques à des bateaux avec équipage (la grande surprise des décryptages récents) permet d'orienter l'interprétation du motif du côté des représentations d'un fluide.

Quand des spirales s'ajoutent à cette thématique « ondulatoire », à l'image des dessins relevés dans la chambre, on peut être assuré que cet élément fluide ou liquide n'est pas « statique » - comme peuvent l'être un trou d'eau dans un étang – mais véritablement dynamique - comme le sont un courant de rivière ou un flux de marée »....

 

(De la « hache charrue » : Pour Serge Cassen, il s'agirait de représentation stylisée d'un cachalot.

De la « palmette », l'abbé Breil avait proposé d'y voir un aviron.)...

 

Extrapolons... (Interprétation Bran du)

 

L'art pariétal, rupestre, abonde de représentations de barques et d'équipages surtout pour les peuples comportant une façade maritime...

 

Le thème de la « barque solaire » est un thème quasi universel...

(Avec le thème de la mort et de la renaissance périodique de l'astre.)

 

L'Armorique sur le plan mythique et légendaire est considérée comme le promontoire extrême de l'Occident mais aussi et surtout comme le lieu d'embarquement des défunts de l'année qui une fois en mer disparaissent mystérieusement...

 

Nous savons par ailleurs que le passage sur l'eau, la traversée maritime est la trajectoire obligatoire pour atteindre le Syd ou l'Autre Monde ou le Pays des Bienheureux etc...

 

Nous savons que la mer, l'océan marin est apparenté au Chaudron du Dagda, le dieu Bon, et qu'en ce chaudron « tourbillonnent » les âmes... C'est aussi le séjour d'un autre dieu bienveillant : Manannann Mac Llyr qui conseille les passagers sur leur bonne route et destination...

 

Nous connaissons les « Imrama », ces navigations celtiques aventureuses qui consiste à partir, « au-delà de la 9è vague » à la recherche des îles enchanteresses et surtout de celle enfouies au cœur de chacun et de chacune... (Y compris la version tardive et christianisée de St Brandan qui dira sa messe de Pâques sur le dos d'une Baleine (à la Belteine !)...

 

Nous savons combien ce thème est important dans la pensée celtique et il semble bien avoir hérité de certaines conceptions du monde Néolithique Breton et avoir adopté et arrangé celles-ci...

 

Nous connaissons tout autant le mythe de Jonas et de la baleine qui le recrache après l'avoir absorbé dans ses profondes obscurités

(K C Jung à particulièrement traité de ce thème.)

 

Certains tumulus, cairn, ne pourraient-ils pas être eux aussi considérés comme une immense baleine absorbant la vie en ses profondeurs et par son alchimie interne « recrachant » cette vie quelque peu « transformées » à l'extérieur de ses ténèbres pour la restituer au grand jour ?

 

La cuve du chaudron de Gundestrup dans laquelle sont plongés les soldats morts au combat afin qu'ils « ressuscitent » pourrait bien être assimilée à ce mythe...

 

Tout est « Vibration » est Gavrinis semble-bien être un sanctuaire « dédié » à celle-ci qui fait de toute mort une « très longue vie » au sens vibratoire du terme !...

 

L'Arbre de vie des Celtes et lui farouchement gardé par des « monstres » (dragons, griffons...) dont il faut concilier et équilibrer les rapports conflictuels et antagonistes et il appartient à l'homme de conscience, de sagesse, de connaissance, de cohérence, de maîtrise, d'assurer le maintien des précaires équilibres et de faire oeuvrer ensemble les qualités respectives des « contraires » afin que se poursuive au mieux la Grande Loi d'Evolution...

C'est aussi le combat éternel et mythique de la lumière contre l'ombre, des forces claires et solaires contre les forces obscures et sombres...

 

Les Celtes ont hérité sans aucun doute de conceptions qui étaient en germination dans le monde pré-européen et ont « maturé » ces dites conceptions élaborées en étroite relation avec les données observées et entendues de la course des astres et du cycle des saisons et donc des mystères de l'Univers, de la vie et de la mort...



17/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 423 autres membres