Les dits du corbeau noir

LES NAVIGATIONS MERVEILLEUSES CONFERENCE 17 10 PAR BRAN DU ET TEXTE EN PROLOGUE 04 10 OCTOBRE

 

 

LES CHEMINS DE LA CREATION

Galerie d'art animée par Martine Jardin et Christian Tual sur le quai d'Erquy (Côtes d'Armor) accueille le druide Bran Du

 

Le Mardi 17 octobre à 18 H

 

Pour une soirée consacrée

aux navigations celtiques merveilleuses...

 

Cette animation sera suivie d'agapes partagées...

 

Merci de faire part de votre présence au 06 62 10 15 83 ou par courriel brandu35@free.fr si cette invitation vous intéresse...

 

 

En prologue à cette animation voici un bardi contemporain...

 

 

La Grande Navigation

 

Prologue Bran du 04 10 2017

 

 

...C'était au temps où l'Irlande tenait toute entière dans la paume d'une main forte de ses cinq doigts, au temps où la harpe du Dagda résonnait dans les trois mondes et enchantait le cœur et les oreilles de chacun...

Cinq piliers lors supportait la voûte du ciel... L'If et le Frêne parmi eux...

 

En ce temps là l'inspiration s'en venait frapper le front des bardes comme des chevaux d'écume galopant vers le rivage...

 

Heureux ce temps là quand les feux du festin illuminait les sept nuits du Grand Passage...

 

Le saumon remontait alors à la source de Connla et repartait, le ventre rouge et gonflé, abondamment nourri par les noix et noisettes de la Connaissance...

 

Fintan avait encore mémoire des peuplements de la terre et du sang et des rêves absorbés aux tertres du passé...

Tuan Mac Cairill recousait lui aussi l'étoffe de mémoire...

 

 

L'eau et le feu faisaient noces de chants et de paroles ; les flammes s'élevaient claires et ardentes, les sources s'écoulaient généreuses en leur flux, douces et vibrantes étaient les bouches de miel...

Grand était l'estuaire d'entendement et grande, la Voix sous les étoiles...

 

 

Les Femmes-cygnes visitaient les pensées de l'élu, déposaient au seuil de son cœur la branche aux trois pommes d'or et d'argent, et le songe prenait forme d'île, de soleil et de lune...

 

La Connaissance s'acquérait par le savoir et la recherche...

Longues était l'étude sous le chêne et le pommier avant que de maîtriser la Science qui illumine......

 

 

Les hommes des temps nouveaux ; ceux-là ont bu le breuvage d'oubli...

 

Gastes sont les terres, sans semences les labours...

 

L'orgueil circule dans les veines et agite le sang...

Il n'est plus de veilleurs au passage des gués...

 

Le langage est devenu un bafouillement...

 

Ne sont plus les signes gravés sur l'écorce ou la pierre.

Les héros ont déserté les luttes de courage et d'honneur.

La gloire se drape aux tissus des mensonges...

 

Les sept ruisseaux se sont taris, nul poisson, nul rêve, à remonter vers la source...

 

Qui porte encore regard sur la Roue d'argent ?

 

Le sourire est devenu tristesse et la tristesse ensommeille le monde....

 

L'enclume ne résonne plus dans les forges du vrai, du juste et du beau...

 

L'illusion ; c'est cela que l'on enseigne...

 

 

Qui aujourd'hui pour lancer son coracle au-delà de la neuvième vague, au-delà des récifs de la peur ?...

 

Qui pour recevoir, des blanches messagères, la branche aux triples pommes d'or et d'argent ?...

 

Qui pour redistribuer équitablement les vraies richesses de la Terre ?

 

 

Qui pour retrouver et réactiver les quatre îles au fond de soi ?

 

…............................................................................



04/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 434 autres membres