Les dits du corbeau noir

LES 30 ANS DU GROUPE DRUIDIQUE DES GAULES 2017 BRAN DU 07 11 NOVEMBRE

 

Les 30 ANS DU GROUPE DRUIDIQUE DES GAULES

 

Mon frère et ami Jean Lionnel Manquat (Druide Belenertos) rappelle en la revue MESSAGE N° 124 les Fondements de leur communauté druidique ; fondements articulé sur la base d'une triade attestée énonçant l'éthique conceptuelle druidique :

En substance : « Honorer les dieux. Ne rien faire de néfaste. S'exercer à la bravoure (faire preuve de courage). »

 

Les statuts du CDG Précisent :

«... Le Groupe Druidique des Gaules a pour objet de défendre, de moderniser et de développer la religion et la philosophie druidique païenne et polythéiste ainsi que la tradition et la culture celtique...

 

Il s'emploie à restaurer, créer et entretenir les lieux de culte druidique pour garantir la liberté de culte des pratiquants de la religion druidique...

 

Il cherche à enseigner (par écrit et par oral) la morale et les principes d'honneur, de droiture et de courage de la religion, de la philosophie et de la culture des Celtes (tels que nous les restituent les travaux des historiens, des archéologues et des celtisants confirmés....»

 

Je partage et souscrit à l'ensemble de cette déclaration...

 

Belenertos précise et commente ces divers énoncés...

 

« Il faut honorer les Dieux , dieux ou déesses, accepter le postulat de base que toutes les divinités ont en elles un Principe divin.

Quelle est sa nature ?

Tout est envisageable ; les Celtes, comme la plupart des païens, étaient intrinsèquement tolérants.

Un autre texte antique évoque un athéisme philosophique «  à eux seuls (les Druides) il est permis de croire ou non en Dieu. »...

Les Druides n'avaient peut-être pas la même conception du Divin que tous les Celtes, mais ils admettaient que l'on en est une compréhension plus limitée...

C'est pour cela qu'ils participaient aux rituels populaires...

(On est bien loin d'un monothéisme qui affirme que son « dieu» est le seul à exister.)...

(En terme de Spiritualité « athée » on lira avec profit l'ouvrage du même nom de Pierre Lance.)

 

Il est à noter que l'on n'emploie guère d'ailleurs le terme de « spiritualité » et c'est fort dommageable, le terme « religion » étant venu recouvrir ce dernier ; c'est-à-dire que la pratique, l’outil, l'instrument, la méthode de la relation sont venus « effacer » l'Esprit qui préside à cela, à recouvrir le Fond (Essence, Principe, Anima...) qui a pourtant et logiquement préséance sur toute forme !!!

Ce sont là des processus d'inversion des valeurs si courants depuis la christianisation et la romanisation et c'est ce que nos Anciens et Anciennes craignez par dessus tout  et ce, à juste et forte raison !!!

 

La « spiritualité celtique », à travers les pratiques religieuses induites par celle-ci, a comporté deux phases conceptuelles et des pratiques et croyances inhérentes ; une phase dite « religion cosmique » puis une seconde qui lui succède liée à l'organisation de la société en base tri-fonctionnelle que l'on peut appeler «religion politique » ; car étant l'un les liens fondamental de la cohésion communautaire des Celtes...

 

Cette cohésion particulièrement recherchée par les sacerdotes en quête permanente d'équilibre et d'harmonie, d'accord et de concordance, d'osmose et de symbiose implique l'adhésion de toutes les autres classes, de toute la population...

 

La Spiritualité celtique est forgée et fondée sur la nature et la qualité de ses croyances et de leur mise en pratique adéquate (la religion), mais aussi à travers un ensemble de vertus et de valeurs formant une éthique de Vie, des « cultures » de Vie et aussi un Art de Vivre philosophique, tout cela partagé individuellement et collectivement...

 

Belenertos évoque le libre choix entre un polythéisme ou un athéisme philosophique prouvant une fois de plus et si besoin la grande tolérance résiduelle de la pensée celto-druidique...

 

Toutefois et par conviction recevable il insiste sur cette notion de polythéisme païen appliquée à la doctrine druidique...

 

Tout ceci pour venir à un point qui m'interpelle car il évacue la possibilité de concevoir à travers ce polythéisme « sociétal » et « commun » à l'ensemble des communautés celtiques, un « Point Souche et Source » à tout le créé, présent et futur, certes une notion totalement métaphysique et donc peu accessible à tous et à toutes, mais que les Druides et les Femmes consacrées ont fort probablement partagée dans l'intimité de leur Initiation respective et commune...

 

En terme de religion (à défaut de spiritualité) ; il est vrai, et Belenertos nous en fait le rappel, que dans quantité de domaines nous ne parviendrons probablement jamais à reconstituer les doctrines druidiques, la théologie druidique, la cosmogénèse et l'eschatologie druidique...

Il nous rappelle également que l'enseignement était secret et oral...

 

Ces carences sont le fait de la disparition progressive des Druides, de leur extermination via le joug romain appuyé par la christianisation acharnée à faire disparaître toute forme de paganisme...

C'est aussi et malgré le relais prit oralement et dignement par les Bardes ou Filid d'Irlande et du Pays de Galles, « docteurs en science et poésie » véhiculant encore des bases des enseignements druidiques, l’œuvre de censure des moines copistes expurgeant de leur retranscription tout ce qui touchait au sacerdoce ou en recouvrant le fond originel d'éléments puisés dans les textes chrétiens plus ou moins superposables....

 

Des chercheurs aussi notoires que Françoise Le Roux ou CH J Guyonvarc'h ou encore plus récemment Philippe Jouet avancent l'idée fort probable, mais qui demande encore à être étayée et davantage argumentée, qu'il y avait, dans la classe sacerdotale, au sein de la diaspora druidique, une conception majeure et unitaire réservée aux « initiés » impliquant un Principe alliée à une Essence exprimant un Anima régentant toute la Création et la Loi d'Evolution, soit la conception d'un Tout, d'une Conscience, d'une Matrice, d'un Souffle universel et cosmique (proche d'ailleurs des premières conceptions humaines.)...

 

C'est ici la Pointe, innommable et indicible, absolue et infinie, éclatante et irradiante, du Tribann ! Le Cœur du cœur, le Sein du sein de l'Emanation Originelle !...

 

Que certains ou certaines tentent, à défaut, une approche compréhensible (mais limitée par nos facultés humaines) à travers un terme utilisé, par nécessité de langage, de mise en relation, de compréhension et de représentation ; terme qui est celui de l'Incréé, cela est leur « affaire » et notre "tolérance" est de nature à accepter cela...

 

Belenertos rappelle également que les statuts du Groupe Druidique des Gaules montrent que « l'enseignement prodigué est le reflet des travaux des historiens, des archéologues et des celtisants confirmés» et non d'une révélation divine"....

 

Nos «travaux» doivent en effet s'appuyer sur tout le corpus de recherche et des croisements interdisciplinaires effectuées pour renforcer notre entendement, tout ceci bien et fort précieux et nous remercions grandement tous les chercheurs pour l'importance des «matières» et «matériaux» exhumés et étudiés. C'est un ensemble de données et d'informations scientifiques donc rationnelles qu'il nous appartient alors d'investir à la Lumière de l'Esprit et donc de l'AWEN (la Source d'Inspiration), terme étrangement absent de cet article si ce n'est, peut-être inclus, sous-entendu, dans le fait pour, un Celte druidisant, de ne pas devoir faire référence à une «révélation divine» ; référence absolument prohibée d'ailleurs !...

 

Nous sommes, nous nous devons d'être, des libres-penseurs, libres et assumant pour cela nos responsabilités avec conscience et cohérence, lucidité et exigence, des libres penseurs forts des enseignements de sagesse et de sapience hérités...

 

Si nous concevons l'existence recevable et respectable d'un spiritualisme athée, nous pouvons tout autant concevoir qu'au dessus d'un polythéisme « unitaire », faisant cohésion au sein de toute la communauté celtique, il a existé une conception sacerdotale limitée, secrète et donc réservée aux initiés membres de la classe des sacerdotes envisageant un Pincipe allié à une Essence (et leur Anima) régissant l'ensemble du Cosmos et de l'Univers visible et invisible...

Ceci me paraît tout autant recevable et respectable...

 

Menv le Vieux a eu cette « révélation » à travers le Tribann solaire manifestant d'une façon lumineuse et sonore, l'expression et la manifestation à la fois unitaire et trinitaire de ce « Principe » !.... C'est aussi une logique et cohérence conceptuelle...

 

Nous ne parlons pas ici de Dieu ou d'un Dieu, mais d'une « Force, Energie et Lumière » émanant de ce « Principe », Celui de ce qui Fût, Est et Sera ….

Mais ceci est une conception possible parmi d'autres conceptions aussi recevables...

Nos Très anciens Druides et nos très anciennes Femmes consacrées n'ont pas bâti, construit, forgé et fondé leurs concepts, doctrines et théologies à partir des « travaux d'archéologues ou de chercheurs ou de celtisants confirmés » dont ils auraient disposés alors !

 

1 / Ils ont, d'une part, hérité des « études », approches conceptuelles, spirituelles, religieuses, culturelles, des Sages qui les ont précédés sur les territoires où ils sont les nouveaux venus...

 

2 / Ils ont lu, analysé, étudié, interprété, expérimenté mis en oeuvre, avec sens et intelligence, les enseignement du grand livre permanent et ouvert de la Nature et de l'Univers...

 

3 / Et ils ont fait alliance et confiance avec le Souffle Inspiré de ce que nous pouvons appeler « l'Awen »...

 

Il en est de même pour nous aujourd'hui en retrouvant les mythes et archétypes qui fondent et forgent cette pensée, en faisant bien souvent l'économie d'une Histoire falsifiée et manipulée idéologiquement, en retrouvant et en cultivant nos liens saisonniers avec la Nature et tout l'Univers (à travers nos rituels et nos cérémonies), en faisant œuvre d'adaptation, d'actualisation, de novation des formes d'expression de nos concept et croyances mises en adéquation avec le Fond Originel de la Tradition et en laissant l'Awen continuer d'inspirer nos cœurs et nos pensées...

 

Nous bénéficions en plus de plus d'au moins 300 années d'études et de recherches , des progrès considérables de l'archéologie, qui nous permettent peu à peu de progresser dans l'entendement de notre lointain passé à travers les réflexions menées et mises à notre disposition... Ce n'est pas rien !

 

Merci à Belenertos et à toute son équipe rédactionnelle, merci à tous les membres du CGD qui, depuis la création de ce grand collège il y a 30 ans maintenant, co-participent avec dignité, honorabilité et courage au meilleur service de la Tradition, de ceux et de celles qui la servent et de ceux et de celles qui viennent à sa rencontre...

 

Groupe  Druidique des Gaules

Revue Message

Jean Lionnel Manquat druide Belenertos

6 montée Graille 13015 Marseille

 

Le CDG comprend plusieurs clairières en diverses régions de France...



07/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 447 autres membres