Les dits du corbeau noir

LE DRUIDE PHILEAS LEBESGUE (PENSEES) EXTRAITS "TOUT EST VIBRATION" 2017 14 09 SEPTEMBRE

Le Druide et penseur Philéas Lebesgue (Au-delà des Grammaires) extraits

 

 

Pour Philéas Lebesgue, dit Roger Berrou, toute science même intuitive est dangereuse si elle n'est pas le moyen d'aimer davantage...

 

 

« … L'oeuvre ; c'est la construction de l'homme ; la conception qu'il se fait du meilleur de lui-même...

 

Il émane des choses et de nous mêmes un rayonnement invisible, des vibrations, des ondes selon la diversité de rythmes nombreux ; il existe en nous, autour de nous, comme le flux et le reflux d'une mer où nous serions baignés jusqu'aux profondeurs de nos fibres charnelles, des pulsations mystérieusement accordées entre elles et d'une telle importance pour chacun de nous à cause de leur étroite parenté avec le principe même de la Vie que les hommes reconnurent de tout temps un don céleste à quiconque se révélait capable de fixer pour les autres ces rapports étranges...

 

Mille ondulations s'entrelacent et se remplacent, se correspondent et se répondent...

 

Inconsciemment nos paroles, à chaque instant, transposent sous la forme sonore quelques unes de ces vibrations émanées des choses ou des intelligences secrètes de la Nature et qui, au hasard, sollicitent, pour s'en nourrir, notre vertu sensitive...

 

///...

 

En quoi repose le bonheur ?

En ce qui fait signe – à nos âmes empressées vers une communion divine – une communion avec l'Essence, jusqu'à ce que nous resplendissions – transmués à fond et délivrés de l'espace. Voilà la claire religion du ciel...

Il n'est pas pour nos âmes de lien plus subtil ; il nous suffit d'y communier – pour que le principe de la Vie s'entretienne de sa propre Essence...

 

Le Verbe du commencement :

Incontestablement il n'est pas autre chose que la matière mystérieuse des vibrations universelles, le principe vivant de toute création humaine ou cosmique, et dont les transmutations sont infinies...

 

Le mode oscille perpétuellement en quête d'équilibre...

 

Dans l'Univers, dont le principe est Un, il n'existe sans doute que du mouvement...

Pour appréhender tout cela il s'agit de partir à la fois de la Nature et de nous-mêmes ; mais de nous-même d'abord, car si nous nous connaissions nous-mêmes, nous connaîtrions ce qui nous entoure , et si nous savions d'où nous venions, nous saurions où nous allons...

 

Si nous étions parvenus en effet à pénétrer le secret de notre organisation à la fois corporelle et intellectuelle ; si nous pouvions établir les lois génériques de notre existence, si nous avions analysé suffisamment les ténèbres de notre être pour savoir d'où nous provenons et ce que nous devenons, je prétends que nous connaîtrions de même la raison de ce qui nous entoure et es lois certaines de l'Univers, puisque le même Principe agit en nous qui agit en dehors de nous. Nous n'existerions pas sans cela...

 

Fictivement, chacun de nous se trouve être pour soi-même le centre générateur de ce cercle immense qui s'appelle le Monde, et dont les choses créées passagèrement sont les multiples rayons...

 

Le Verbe n'est fait que de parcelles de lumière, jaillies du Soleil souverain et qui trouvent dans l'âme leur indice de réfraction...

La pensée est le rapport de l'idée à la conscience mais aussi de la matière en mouvement dirigée par l'intelligence...

 

Tout est nombre et rapport de nombres, et si, toute chose est mouvement, l'Univers n'est qu'un chant...

 

Notre entité personnelle n'est justement que le point d'intercession ou de consubstantiation des millions de courants qui constituent les autres : - l'Univers...

 

L'homme lui même n'est peut être qu'une idée incarnée et développée, un tourbillon de mouvements...

 

C'est par la vibration intime, profonde, plus ou moins prolongée, que nous prenons contact avec le Monde. Actifs ou passifs nous n'avons conscience que de cette étincelle...

Ainsi doit-il suffire que, de part ou d'autre, soit augmentée ou diminuée la tension des forces vives et cosmiques de l'Heure pour que changent en même temps pour nous tous les aspects de l'Etre.

L'homme, cependant, sans doute, est l'image du Grand Etre, car pour qu'il ait pu naître seulement, il lui a fallu à la fois le consentement et 'impulsion de l'Univers entier...

 

Nous sommes le symbole vivant d'une évidente unité.

 

En l'Unité ou en Dieu, comme on voudra, se retrouvent pour s'identifier, la même trinité fondamentale : la Cause, L'Effort, l'Effet...

L'Effort, c'est l'Essence de l'Univers, c'est la Création, c'est le verbe encore et déjà. Il est constitué à la fois par le Temps et par l'Espace...

 

Tout mouvement est donc un rythme. Toute création dans la nature une phrase musicale...

 

Le Verbe est Un...

 

Chaque âme, poursuivant son but à soi, à son génie à soi, qui fait qu'elle ne ressemble à aucune autre, son Awen, comme disaient les anciens Druides, ces étranges penseurs méconnus, dont les pressentiments sont allées souvente fois très loin vers la Vérité définitive.

 

Les premiers, ils ont à la fois donné pour base à leurs doctrines l'énergique sentiment de la personnalité humaine et la solidarité dans l'Universel...

 

Rien n'est vain dans la nature puisque rien ne se perd et nos moindres volitions, nos moindres désirs, sont autant d'êtres que nous créons, aussitôt exprimés...

 

Il fut des civilisations lointaines où chaque mouvement de l'âme avait son hiéroglyphe musical, poétique ou chorégraphique, voire architecturale...

 

Rien ne sera résolu définitivement sans doute, mais il est plus précieux peut-être à cette époque, de faire songer et chercher que d'apporter ou susciter des convictions arrêtées et inébranlables...

 

La vie ne peut aspirer à grandir que, embellissant ses gestes, et puisque nous choisissons de vivre, ce choix ne peut valoir que selon le rite essentiel de la Beauté...

Tout le reste est hypocrisie, stérilité ou impuissance...

 

Mettre en rapport les lois métaphysiques avec les lois physiques, chercher les mystérieuses correspondances qui sont comme le lien vital des choses, assembler les divines analogies par quoi l'on surprend les vérités éparses en vol vers l'avenir, tel doit être le vœu de l'artiste...

 

L'art, c'est le rythme dans toute sa plénitude...

L'art véritable est une communion...

 

Toute poésie n'a d'autre devoir que d'être expressive et incantatoire, c'est-à-dire d'aller droit à l'harmonie et à la justesse émotionnelle...

 

Chaque poète, chaque écrivain possède sa méthode qui lui est suggérée sans doute par la couleur même de sa propre âme et par le remous qui se produit dans sa sensibilité à l'heure où l'Idée la féconde...

 

Au poète de tirer les mille relativités magnétiques que sa perception propre lui fera découvrir parmi les multiples effets...

 

Tout ce qui s'adresse aux sens ne peut agir que par ondes (lumineuses, sonores, magnétiques...) et de façon discontinue, selon tes intervalles corrélatifs des vibrations mêmes de la Vie.

C'est pourquoi le Vers fut appelé « la langue des dieux »...

 

 

Nous ne pourrons espérer d'atteindre l'âme que par la porte des sens...

 

La musique est à l'origine de la lumière...

 

La lumière créatrice est à la fois Science et Amour et c'est par l'Amour qu'elle veut la Vie.
La Création vient de l'infini et va vers l'infini...

Par la Musique, le Monde et l'Homme lui apparaissent plus étroitement mêlés l'un à l'autre...

La Poésie, la Musique et la Danse sont trois sœurs jumelles...

Elles sont nées le même jour (par la vertu du rythme)...

Notre vie à un sens et notre destin nous emporte vers un point de Lumière éthérée. »...

 

A SUIVRE



14/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 423 autres membres