Les dits du corbeau noir

LE CHANT DU BARDE (AUTRE CHANT POUR LA SAMAIN 2017) BRAN DU 16 11 NOVEMBRE

 

Sivers 19 10 2017 019pm.jpg

Photo Bran du

 

 

Le Chant du Barde …   Bran du      16 11 2017

 

 

Dans ce très long hiver sociétal, où les lèvres de l'Amour gèlent aux balcons et fenêtres du monde, je donne la becquée à vos âmes, j'offre nourriture aux oiseaux de vos faims, je dépose la coupe près de l'âtre des mémoires afin que soient rassasiés les songes à venir, afin que les heureux souvenirs y prennent leur bain de joie et de jouvence....

 

 

Les mots que je vous offre sont ceux des bassins originels, ils ont la transparence des sources et la fluidité des ruisseaux qui descendent de la montagne du ciel...

 

 

Entre ces mots voyagent des saumons qui bondissent, d'une phrase à l'autre ,et qui remontent vers la Fontaine Blanche qui sourd du sein de la Mère. (Pur est son lait où se baignent la lune et les étoiles.)...

 

...///...

 

 

Ecoutez l'océane musique qui roule ses galets sur vos fronts et sur vos tempes, accueillez cela qui, pour vous, s'en vient au rivage...

 

 

Le chant est d'écume où hénissent les chevaux, où le char du soleil étrave les saisons, où les flots libèrent Is de ses algues...

 

Samain, c'est Samain, là tout entier, déposé dans la corbeille de l'été...

Voici les fruits maturés du Grand Arbre de Vie. Il y a une place pour ceux qu'en vous ont poussé...

 

 

Chantez, dansez, riez, fêtez l'année profuse, les saisons généreuses, la Mère prodigue, mais ne laissez nulle flamme (rallumée au foyer de vos cœurs) s'éteindre sous le vent, sous la bourrasque, de vos sombres et tempétueuses pensées !...

 

 

Avec vous, j'ai recueilli le gui dans le lin de mes paumes, j'ai semé le grain, le blé en herbe, le perce-neige et le trèfle ; j'ai taillé le rameau d'aubépine et lié la gerbe aux sept essences, aux sept senteurs dans l'enceinte de joie de nos bras enlacés...

 

Avec vous, tout notre être enspiralé sur le mât des naissances...

 

...///...

 

J'ai corps de serpent et souffle de dragon, j'ai des ailes qui surmonte mes écailles ; je veille sur la Pomme et sur la Toison...

 

Celui où celle qui me domptera : celui-là ou celle-ci, auront en leur sang comme en leurs rêves, ruisseau de lave rouge et sève la plus blanche qui soit...

Ils seront, l'un ou l'autre, la Bannière de Vie flottant sur l'océan du monde ; ils seront cette ronde où le cœur trouve des bras fraternels à foison...

 

Il y a encore des pommes sous le pommier ; ne les laissez pas pourrir !

 

Penser au Serpent ! Pensez au Serpent !

Inverser ce courant qui inverse les valeurs de l'humain et fait de ce temps une injure immonde envers tout ce qui se préoccupe du Vivant....

 

 

Sivers 19 10 2017 018pm.jpg

 

...///...

 

Remettez l'Arbre dans ses racines et trouvez la juste place entre ce qui fût et ce qui devient...

 

Fluide et doux est le ruisselet sonore qui cascade de corde en corde...

Ainsi la Source dit son Amour à l'Océan, ainsi les poissons d'or et d'argent retournent au seuil de la légende...

 

 

Sous les doigts du Dagda s'égrainent les lais et les récits des temps anciens... Mort et vie ; vie et mort se succèdent...

 

Les femmes-Cygnes s'en reviendront à Samain et elles chanteront la musique des îles, l'insulaire refrain qui à nos cœurs fait signe...

 

...///...

 

Sivers 19 10 2017 021pm.jpg



16/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 452 autres membres