Les dits du corbeau noir

L'ARBRE DU MONDE PARTIE 1 L'OUVRAGE DE PATRICE LAJOYE 2017 BRAN DU 29 08 AOUT

L'Arbre du Monde...

 

L'Arbre du Monde...

et la Cosmologie Celtique Patrice Lajoye extraits

CNRS Edition

 

Le but de l'ouvrage et de l'auteur :

Mieux saisir la cosmologie celtique à partir d'une figure mythologique bien attestée : l'Arbre...

 

 

« …. A la porte de l'est il y a 3 arbres de verre pourpre du haut desquels une troupe d'oiseaux fait retentir un chant doucement prolongé... A la porte du château il y a un arbre ; de ses rameaux s'échappe une belle et harmonieuse musique...

C'est un arbre d'argent que le soleil éclaire. Il brille autant que l'or...

Il y a trois fois Cinquante arbres ; tantôt leurs feuillages se touchent tantôt ils ne se touchent pas.

Chaque arbre nourrit trois cents personnes...

Il y a une source dans le noble palais du Sidhe. »...

 

Texte irlandais...

 

Préliminaires : « Les études montrent qu'il y a eu un fonds commun et donc à l'origine une religion commune...

Quant à notre connaissance des mythes eschatologiques et de la théologie, elles sont infimes. Les Celtes sont restés silencieux à ce sujet. »... P Lajoye

 

NOTE :

A noter que l'auteur fait remonter l'apparition des Celtes vers 1500 ans av JC ce qui est conforme aux avancées de la datation par les archéologues. On limitait jusqu'alors cette apparition en pré-Europe vers 600 av J.C !...

 

 

« ...De nombreuses sources mentionnent un culte rendu à l'arbre...

Mais, Quelles en sont les spécificités ?...

Quels divinités hébergent-ils ?...

Quel rôle leur est conféré  et que peut-on en déduire sur les croyances et la théologie des Celtes ?

 

Pour ce dernier point, il vous faudra vous-mêmes tenter une conclusion et une synthèse que ne fait pas l'auteur malgré l'annonce faite de vous faire mieux connaître la cosmologie celtique...

L'entretien réalisé sur ce même sujet sur France-Culture (article précédent) n'apportera pas plus d'éléments que l'ouvrage lui-même en absence d'un schéma claire et condensé des travaux réalisés et apportant, en les résumant, des éléments de réponses structurés aux questions soulevées...

 

Contentons-nous donc des éléments disparates collectés et rassemblés par thèmes et sur des bases comparatives empruntées à l'Iran Ancien, globalement aux peuples indo-européens, aux Pays Baltes et au domaine purement celtique...

Il nous est rappelé, confirmé ou porté à connaissance et nous découvrons que....

 

De nombreux avertissements viennent avertir le lecteur sur la difficulté et la complexité des études celtiques ; ce qui est en effet affirmé par nombre de chercheurs :

 

« Le Pays de Galles et surtout l'Irlande ont préservé de nombreux récits à caractère mythologique particulièrement riches en détails mais qui doivent être considérés avec précaution...

Très tôt, en Irlande les poètes principaux gardien des mythes ont rejoint les rangs de l'Eglise...

De ce fait, tous les textes mythologiques irlandais ou presque sont en fait chrétien....

Les mythes y sont particulièrement évhémérisés : les anciens dieux s'ils conservent leur nom et attributs, n'y sont plus le plus souvent que des rois ou des héros, et les récits eux-mêmes notamment ceux à caractère cosmogonique, sont rendus compréhensibles avec l'histoire biblique. (Idem au pays de Galles quoique qu'encore plus dégradé. »)...

 

 

L'arbre est le macrocosme du monde...

L'arbre comme symbole du monde est associé à des animaux...

Le modèle existe chez les Celtes ; de nombreuses sources mentionnent un culte rendu à l'arbre ou aux arbres...

 

Il y a aussi la présence du cerf, au pied de l'arbre ou dans celui-ci, l'arbre aussi ou le pilier du monde et même sans doute le monde lui-même objet d'un cycle de destructions et de recréations dans lequel intervient un Dieu-Fils, émanation comme toute la création, du Dieu-Père...

 

Ce type de panthéisme n'est absolument pas unique au sein des paganismes indo-européens...

 

Les parallèles entre mythologie celtique et orphisme ou stoïcisme Grec (et plus trad Romain) n'existent pas seulement dans le domaine de la théologie liée à la cosmologie. On les retrouve dans les conceptions du Logos...

 

Les Dieux liés aux arbres ou les arbres « divinisés » :

 

L'arbre comme symbole du monde est associé à des animaux...

Le modèle existe chez les Celtes ; de nombreuses sources mentionnent un culte rendu à l'arbre ou aux arbres...

 

Il y aurait un dieu celtique de la pomme « Aballo » (Le Pommier)... Il est possible que les celtes aient personnifié le Pommier de l'Autre-Monde sous la forme d'une divinité masculine.)...

 

Il y aurait aussi un dieu du Coudrier (Noisetier) : « Cuslanus »...

 

De l'Alisier « Alisanos » (le divin alisier)...

De l'If lui aussi divinisé... « Iverix »

Du Frêne ( le dieu ou la déesse « Onuava »)...

Du Hêtre avec le dieu gaulois « Baco »... (le Hêtre, ou son remplaçant linguistique, serait donc un des arbres consacré au dieu céleste chez certains Indo-Européens...

 

Maxime de Tyr dit :

« Les Celtes rendaient un culte à Zeus mais l'image celtique de Zeus est un Grand Chêne. »

Zeus à Dodone a un arbre sacré oraculaire qui lui est consacré. Celui-ci sera « accolé » au dieu lui-même...

 

Il y aurait eu une hêtraie sacrée avec le dieu « Baco » (ou Jupiter Baginatis)...

 

« Dulovius » serait le dieu des feuillages...

 

Le chêne est aussi divinisé en Gaule (le rouvre est associé au gui et aux druides)...(C'est le « génie du lieu ».)...

 

Chez les Celtes la forêt ou la terre boisée est attestée en premier lieu par la forêt dite Hercynienne...

 

En forêt d'Argonne (Est de la France) la déesse Arcanua ou Arkanua aurait pour signification selon C Sterckx : « la Chanteuse »...

 

Les formes Ercius, Percius et Ercias laissent entrevoir des personnes nommées « (Celui) du Chêne » ou « (Celui) du Frappeur. »...

 

Percos ou Ercos ; le chêne, était vraisemblablement un des noms celtiques du dieu de l'orage...

 

Au final, peu importe l'essence invoquée : tout arbre majestueux peut être le symbole microcosmique de l'Arbre du Monde. L'Irlande avant en chacune de ses 5 provinces un arbre cosmique...

 

Arbre / Pilier / Colonne...

 

L'arbre est régulièrement manifesté sous la forme d'une idole particulière soit une colonne soit un pilier...

 

(Voir les célèbres colonnes « tardives » de Jupiter dites « à l'anguipède » et autres piliers similaires.)...

 

Le németon formé d'arbres était ici remplacé par un bosquet artificiel de poteaux plantés...

 

L'arbre en tant qu'axe du monde est un motif mythique extrêmement commun dans le monde entier...Mais, sa manifestation dans le culte sous la forme d'une colonne artificielle

est déjà autrement plus rare...

 

Le pilier est un objet à la gloire d'une forme indigène à Jupiter conçu comme une divinité totalisante et sa victoire sur les démons...

 

Sur diverses monnaies attribuées aux Carnutes l'aigle combat le serpent, les deux animaux peuvent alors être accompagnés d'un cercle ou d'une rouelle...

Ces scènes de combat sont rares, tandis que la plupart du temps le serpent se contente de s'enrouler autour de l'autel cylindrique...

 

Un passage de Lucain mentionnant une forêt sacrée abattue par les troupes de César près de Marseille mentionne la rumeur de « dragons englobant les troncs. »...

 

Sur les colonnes de Jupiter dit à l'anguipède (ce géant dont les jambes sont remplacées par des serpents) On ne peut réellement observer ce combat. S'il peut sembler que le cheval du dieu, lorsqu'il est cavalier, foule le géant. On peut remarquer que très souvent, si ce n'est dans l'essentiel des cas, ce dernier semble soutenir la monture...

 

L'équivalent micro-cosmique de l'Arbre du Monde, qu'il soit un arbre ou une colonne, peut-être abattu définitivement notamment lors d'un changement de pouvoir ou de religion...

Même les cinq arbres d'Irlande ont été abattus, détruits...

 

Arbre et déesse... et taureau

 

Les nymphes (Dryades liées au chêne et Hamadryades liées aux autres arbres dans la mythologie Grecque.)...

 

Les Hespérides, sœurs gardiennes d'un arbre aux pommes d'or en compagnie du dragon Ladon qui sera tué par Héraclès mais que Héra portera au ciel pour constituer la constellation du Dragon qui entoure l'Etoile polaire, l'axe du monde...

 

En toute logique, comme dans toutes les mythologies, l'Indo-Européenne, les arbres ont donné naissance à des dryades...

 

Il est possible que les trois grues perchées sur le dos d'un taureau près d'un arbre taillé par Esus sur le pilier des Nautes soient trois femmes...

La transformation d'une grue en déesse est un motif bien attesté en Irlande...

 

Esus taillant un arbre est associé à Tarvos Trigaranus le taureau aux trois grues.

Qui est Esus ? Le « Bon », le « Dieu », on ne sait ? (Le Jupiter gaulois ou son fils probable Lugus ?)...

 

Il y a un lien intime entre le chêne et le taureau. On peut penser que le sacrifice du taureau intervient dans un contexte d'intronisation royale... Il serait sacrifié au dieu de l'orage...

 

L'arbre peut-être lié au loup, au serpent ou au taureau...

(Mercure est associé à l'arbre.)...

 

De Cernunnos :

 

Bien qu'appartenant à un panthéon indo-européen Cernunnos est unique en son genre, par sa posture, par ses attributs physiques et surtout par la difficulté qu'ont les chercheurs de l'étudier, faute de repères comparatifs...

 

Au Val Camonica, il porte un torque au pli du cou et un serpent se trouve auprès de lui. En cela, Cernunnos,le dieu gaulois est le plus anciennement identifiable...

 

Les cervidés interviennent régulièrement dans les mythes indo-européens...

 

Il est délicat de parler de Cernunnos comme étant un reliquat de chamanisme. Cernunnos est très bien intégré dans la religion celtique qui comme toutes les religions Indo-européennes n'est sans doute pas ou plus de type chamanique...

 

Sur le chaudron de Gundestrup il apparaît bien comme étant le maître des animaux...

Il se trouve aussi associé au serpent criocéphale (à tête de bélier),

autre monstre spécifiquement Celte.
A l'époque gallo-romaine sa représentation se complexifie.

Il devient régulièrement tricéphale comme Mercure...

(Son image persiste probablement au Moyen-Age)...

 

« Carvonia » serait la déesse aux bois de cerf...

 

Le lien entre le cerf et l'Autre-Monde est évident depuis la Préhistoire et notamment le Mésolithique durant lequel on enterre bien souvent les morts avec des bois de cerf...

 

Simple postulat :

L'arbre semble bien une sorte de Jupiter gaulois, Cernunnos est lui aussi un Jupiter gaulois, faut-il en déduire que Cernunnos est un arbre ?...

 

 

Note : Le Cerf (Chez Shakespeare c'est le chasseur Herne doté d'un bois de cerf qui hante un chêne.)

 

On notera qu'à quelques centimètres de la très ancienne représentation de Cernunnos au Val Camonica se trouve celle d'un homme nu en position d'orant...

 

 

Du Jupiter Gaulois ! ?

 

Jupiter lance la foudre mais il est pour nous le gardien et le modérateur de l'Univers dont il est l'âme et l'esprit et l'architecte de la création

 

L'idée d'un dieu de l'orage maître universel du monde et donc pilier de celui-ci sous l'aspect d'un arbre est responsable de renouvellement de la vie, sous l'aspect d'un cerf n'est sans doute pas isolée...

 

Cernunnos, le dieu cerf représente le Jupiter gaulois dans son aspect axe du monde...

Il est l'arbre ou le fût de la colonne qui en est l'équivalent...

Il est la divinité totalisante...

 

Le serpent est très présent sur les monuments représentant Cernunnos...

 

Citant Claude Sterckx :

« Du Jupiter gaulois :

Il fait tourner le monde

Il règle les destins

Il entraîne le soleil dans sa révolution dans le ciel

Il fait retentir le tonnerre et il lance la foudre

Il assure la succession de tous les phénomènes calendaires et météorologiques. »...

 

Un hypothèse :

 

Le cycle annuel...

Daniel Gricourt et Dominique Hollard veulent voir un duo fondamental composé de Cernunnos et Lugus qui seraient comme une forme de dioscures gaulois tandis que Cernunnos aurait des aspects proches de Dyonisos.

Les deux dieux connaîtraient là encore une alternance saisonnière...

 

 

Fintann Le Feu Sacré :

 

(Curieux personnage nous dit l'auteur...)

 

Le cycle du monde :

 

« Il y a un arbre qui a été caché depuis le temps du déluge en Irlande et qui produit trois averses de fruits à travers le brouillard.

Le déluge l'a atteint sans le détruire ; Mugna est le nom de cet arbre...(Un rejeton de l'arbre du paradis.)...

C'est Fintan, fils de Bochra, qui en a reçu la graine ou la branche.

Tout comme en Scandinavie l'arbre a survécu à la fin du monde »...(Il a tremblé, mais n'est pas mort)...

 

Fintan dont le nom serait en fait non lié à la couleur blanche, mais signifierait « Feu Brillant » ou « Feu Sacré » (Vindo-Tenos)...

 

En Irlande, ce n'est pas le Daghda (l'équivalent local de Jupiter) qui est le maître ou l'accompagnant de ce cycle du monde, mais Fintan, un personnage pour le moins curieux...

 

L'Irlande a conservé la trace d'une succession de destructions et recréations du monde dans ce que l'on appelle « les conquêtes »...

Fintan appartient à la première génération...

Il traverse toutes les époques du monde jusqu'à la christianisation de l'île (il est le seul survivant.)...

Il lui arrive de subir diverses métamorphoses animales...

 

C'est aussi lui qui replante l'arbre (Voir la veillée de Fingen.)...

C'est lui aussi qui est à l'initiative des cinq arbres des cinq provinces d'Irlande...

Il a reçu sans doute pour cela de Lug les fruits (des noix, pommes, glands) portés sur un seul rameau...

 

Il plante à Uisnech, le centre symbolique de l'Irlande, un pilier à cinq faces (une face par province.)...

A chaque génération du monde Fintan est celui qui replante l'axe mais les textes qui reportent cela sont christianisés, évhémérisés...

Fintan meurt après avoir finalisé son œuvre...

 

Fintan, être protéen, qui a traversé les âges du monde transformé en saumon, et un œil arraché par un faucon. Ce saumon est nommé le Borgne d'Assaroe. C'est une description qui est clairement d'ordre cosmologique...

 

Arbre et souveraineté :

 

L'arbre et la souveraineté

La chute des arbres prend en effet place dans le changement de civilisation...

La fin du règne des démons en Irlande se symbolise par la destruction d'un arbre...

L'arbre qui meurt peut être associé à la fin d'un règne, d'un monde...

Il est vraisemblable que les Celtes de l'Antiquité ont aussi connu un mythe de la fin temporaire du monde par le feu et l'eau...

 

L'arbre peut apparaître sous son aspect microcosmique. Il est alors tout autant la représentation du monde que le symbole de la société établie... (Le symbole des trois fonctions indo-européennes et donc de l'ensemble de la société.)...

 

Il est aurait, associé à l'arbre, un rituel d'intronisation...

Il y a eu des arbres liés à la souveraineté et objet de rites...

 

Oiseaux Corbeau et autres...

 

L'Aigle au pays de Galles, le Corbeau en Irlande ; qu'en est-il en Gaule romaine ?

Sur les monuments figurés le corbeau n'apparaît qu'en compagnie d'Apollon, dont il est l'attribut classique...

Il y a deux monuments avec des divinités indigènes associées au corbeau : Nantosuelta seule ou avec son parèdre Sucellus...

 

Le corbeau n'est en tout cas jamais lié à l'arbre ni au dieu de l'orage...

L'oiseau est considéré par les Traditions insulaires comme l'un des plus vieux et savant des animaux avant le saumon...

 

La fondation de Luddunum (Lyon)

Dans un texte de Plutarque il est dit que dans la langue celte la ville nouvelle s'appelle Lugdunum (de lougos le corbeau et dunu un lieu élevé.)

 

Lorsque le dieu Lleu (équivalent au Lug irlandais) est tué d'un coup de lance, il se transforme en aigle.

Gwyddion, son probable père, guidé par une truie le retrouve sous la forme d'un aigle perché sur un chêne...

 

Arbre, serpent et dragon...

 

Dans la mythologie Scandinave le serpent vit sous l'arbre Yggdrasill et il ronge sa 3è racine...

 

Le pommier des Hespérides est gardé par le dragon Lason qui s'enroule autour de son tronc...

 

La toison d'or qui apporte la prospérité au pays est posée dans un chêne consacré à Arès et gardé par un dragon qui comme Ladon ne s'endort jamais. Il ne sera pas tué par Jason mais seulement endormi...

 

Le dieu Iverix (L'if divinisé) tient dans sa main gauche un récipient, et dans la droite un serpent qui s'y introduit...

Sur une monnaie gauloise, il est possible de voir un personnage assis ; un arbre semblant sortir de son ventre, et sous ces deux éléments, dans le champ, un serpent...

Ce serpent est régulièrement enlacé autour de l'arbre...

 

On ne peut dire si il y avait primitivement un mythe portant sur un combat entre un dieu de l'orage et un démon serpentiforme, comme cela existe par ailleurs, ni s'il y était question d'un arbre...

 

Le serpent : Il est présent près d'Apollon et de tout dieu guérisseur...

 

Arbre et culte ou rituel calendaire ?

 

Mais nous ne disposons d'aucuns éléments celtiques permettant de lier l'arbre à des mythes ou à des rites calendaires...

(Voir la résurgence de l'Arbre de Mai dans le folklore européen.)...(Fête en rapport et en correspondance avec la fête irlandaise de Belteine.)...

(Bel n'est qu'un nom en Irlande mais au pays de Galles il est donné par diverses généalogies anciennes sous le nom de Beli Mawr, comme le premier ancêtre, époux ou fils de Dôn/Anna.)...

(Dans le folklore,la chute de l'Arbre de Mai est ainsi vécu comme un présage funeste...).

 

La source auprès de l'arbre :

 

La source au saumon de science ou saumon de la sagesse est un élément bien connu de la mythologie irlandaise. Mais aussi au Pays de Galles le saumon de Llyn Llyw et il semble être connu aussi en gaule....

On dit que le saumon vit dans une source de Vie nommée Seaghais...

« C'est une source auprès de laquelle se dressent 9 coudriers (…///...) de l'inspiration poétique. Leurs fleurs, leurs fruits et leurs feuilles tombent en même temps dans la source et la colorent royalement de pourpre. Alors le saumon mâche les noisettes et leur jus donne le pourpre à son ventre et sept fleuves de science en émanent et y refluent...

 

La source de la Seaghais est celle de Mimir offrent la science ou la sagesse...

 

L'anguipède foulé par le cheval de Jupiter est remplacé sur un monument par une source personnifiée...

 

Nous avons là un inventaire comparatifs des divers éléments qui gravitent autour de l'Arbre et qui attribuent à celui-ci nombre de symboles et de pratiques et ses liens avec le Ciel et les divinités du ciel...

Nous savons donc les symboliques associées à divers cultes et le sens que l'ont peut leur attribuer avec beaucoup de prudence parfois, mais nous demeurerons en grande partie ignorant ou sur notre « faim » de connaissance à propos du « pourquoi de ces cultes », leur but essentiel, ce que l'on en attend, la nature exacte de la relation et ce qu'elle implique en terme de « pensée », de « théologie », de conceptions fondamentales... etc...

 

Ce que nous retrouvons auprès de l'arbre ou du pilier ou colonne par la suite...

 

Des dieux et des déesses :

 

Le « Jupiter gaulois » dieu de l'orage lequel peut avoir la figure de Cernunnos, voir d'Esus, voir de Smertios, voir de Gwyddion (né de l'arbre), voir Lugus... ou le Daghda (le Jupiter irlandais) etc...

Mais aussi du Dieu-Père ou du Dieu-Fils... De nouveau le Daghda  mais aussi Lug ou Lleu... Le dieu primordial (L'Ancien, le Vieux...)

Des déesses sous forme d'oiseau (grues)...

 

Des dieux ou déesses « arbre » :

 

Aballo ( le dieu « pommier »)

Cuslanus ( le dieu coudrier/noisetier)

Alsanos (le dieu alisier)

Iverix (le dieu if)

Onuava (le dieu hêtre)

Baco (le dieu hêtre)

Dulovius (le dieu des feuillages)

Arcanua ou Arkanua (la chanteuse) déesse de la forêt d’Argonne

Percos ou Ercos (le chêne nom celtique du dieu de l'orage.)

ou encore : Ercius ou Percius ou Ercias (Celui du Chêne ou du Frappeur)

Et autour de ces dieux, le chêne (Deruo) le « Génie du Lieu »...

 

Mais aussi l'équivalent à des nymphes comme les Dryades et Hamadryades grecques... ou l'équivalent peut-être de gardiennes comme les Hespérides associées au dragon...

 

Mais aussi des animaux :

 

Sur ou près de l'arbre : le taureau, les oiseaux comme l'aigle ou les grues (sauf le corbeau qui lui est présent sur colonne ou pilier avec Nantuoselta et Sucellus...), le cerf, le serpent, le loup...

Et au temps gallo-romains : l'anguipède près colonne ou pilier...

Voir des démons ou dragons...

 

A noter la présence d'une ou des sources...

 

Tout cela gravite autour de l'Axe du monde (Axus Mundi) et accompagne les cycles y compris ceux de destructions et de reconstructions périodiques et alternatifs...

 

Comme dans beaucoup de Traditions antiques l'Arbre tient une place importante, mais il me semble que, dans la civilisation celtique, il tient une place considérable, fondamentale, essentielle, élémentaire et primordiale...

 

Cela détermine à travers les mythes, symboles, représentations imagées et analogies, une conception, une croyance, une « reliance » et alliance, des entendements profonds, soit des doctrines, soit une théologie, soit une religion et ce qui l'induit pour ses pratiques et rites, c'est-à-dire une spiritualité qui englobe le tout et lui donne son entière cohérence et efficience...



29/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 447 autres membres