Les dits du corbeau noir

EN AVANT MARCHE ! POEMES ALAN DIT BRAN DU 08 02 2018

En avant marche ! Alan dit Bran du           08 02 2018



« L'ici demande à voir l'ailleurs lequel évidemment n'est pas d'ici d'ailleurs. » Dixit la Route ! »

 

                                                               Pour Armelloux...



Pourquoi marcher ?

Pour mettre en mouvement un corps, un cœur, des pensées non pour martyriser l'ensemble mais pour donner à tout cela un souffle, une respiration accordée, qui soient adaptés à une progression vers des étapes dites « libératrices »...

Libératrices de quoi ?

De tout cela qui

fige,

qui ancre,

qui enferme,

qui cloisonne,

qui défini,

qui limite,

qui renonce,

qui doute...

Histoire de faire jaillir un puits dans le désert de mes attentes et vaines projections...



Se déplacer d'un point à un autre...
Que se passe-t-il entre un espace et un autre ? Qu'est-ce qui change alors ? Est-ce qui se déplace avec moi se maintient tel quel quelques avancées plus loin ?



Il y a tant à rompre,

tant à ployer...

Rester flexible...



Il y a une chanson qui vole dans l'air.

Ce soir les fusils resteront dans leur étuis...



La Nature tout autour

et cela qui fait « centre »

et qui n'a pas de nom...



Cendrillon avait perdu un soulier...

Depuis mes poèmes sont de verre !...



Il y a de la mousse sur les arbres

et des sourires sur quelques visages...

Vivre ; c'est porter regard !...



Où mène la piste ?

Là où un trait se trace, là où s'efface l'attrait du vide !...



L'étendue !

Tendre vers

Peut-être s'entendre en cela puis s'étendre jusqu'aux confins,

mais tendre-ment !...



Ce n'est pas difficile de vider une bouteille, mais,

remplir un rêve !...



Aller de l'avant

sans ménager ses arrières ;

c'est prendre les devants et laisser les regrets derrière...

N'est-ce pas à pas ?...



Au prochain carrefour,

j'espère recevoir un baiser de la rose des vents !...



A quoi bon partir si on ne sait se départir de tout ce qui vous retient ?...



Le plus dur à porter ce n'est pas le sac à dos ; c'est une pensée qu'on ne supporte plus !...



Mr Rimbaud,

je n'ai pas trouvé vos semelles de vent !...



Les oies, bruyamment, vont vers le Nord...

Rien n'est perdu !



Des poissons sous le pont...
Les jours s'écoulent...



La marche suppose souvent un escalier, lequel monte ou descend quelques paliers... Il en est de même pour les pensées pour autant qu'on leur mette des chaussures aux pieds !...



Quoi que tu déplaces, tu bouges avec, tu propulses, tu projettes, tu donnes de l'élan, mais, pour quoi, pour qui ?

Peut-être simplement pour dire à la mort que je suis encore « vivant » et que, vers l'inconnu de moi-même, je me mets en mouvement ?...



J'aimerai, parmi la fadeur et la saveur, l'inconsistance quotidienne, entamer quelques pas de « dense » !...



Je sais, il est recommandé de chercher quelques étoiles au ciel, mais j'aimerai surtout rencontrer celle qui sommeille au fond de moi !...



La vague à l'âme abonde et, c'est l'amer !...





08/02/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 467 autres membres