Les dits du corbeau noir

DU MARIAGE OU DE L'UNION DRUIDIQUE (SUITE) 2016 BRAN DU REFLEXION 04 09 SEPT

Le mariage ou l'union druidique …(Suite)

Réflexion Bran du 2016 05 / 09

 

 

S'il est un domaine où le monde extérieur à la Tradition s'intéresse, soudainement et provisoirement, à Celle-ci, c'est bien celui du « mariage druidique » pour lequel les demandes se font de plus en plus nombreuses (plus d'une dizaine sur ces deux dernières années en ce qui me concerne !)... (Seulement deux de ces demandes devraient se "confirmer" en 2017...)

 

C'est manifestement une « vogue » et une « mode » qui se profilent auprès des postulants et postulantes à l'union qui voient en cela, pour la plus grande majorité des sollicitations, une idée « originale », « inédite », un peu plus « spectaculaire » et qui permet de se dissocier d'une certaine « banalité » coutumière...

 

Nous sommes dans le registre de « l'exotisme » entouré de mystères sympathiques avec pour cadre une « nature » vue sous un angle écologique et, en complément, un légendaire quelque peu féerique et merveilleux...

 

La motivation demeure en surface n'ayant, la plupart du temps, ni le sens de la profondeur ni celui de l'élévation et relève d'une approche très limitée de la dimension « sacrée » d'un tel acte...

 

Il nous est demandé, sauf rare exception, de fournir un décor et une régalia (rites et costumes) à cela  afin de réaliser à la suite un catalogue photographique de souvenirs moins ordinaire qu'à l'accoutumé !...

 

C'est là certes une démarche à priori et à l'origine sympathique qui détermine une demande d'union dans le cadre traditionnel qui est le nôtre, mais ce à partir d'images d'Epinal projetées et des représentations et compréhensions des plus sommaires et artificielles à son sujet....

 

Toutes les explications sagement données (avec accueil, respect et considération) par moi-même à l'écoute de ces demandes ont pour effet d'interrompre presque immédiatement tout contact  et relation, au risque avéré de passer parfois pour une sorte "d'intégriste" forcené et borné voire de représentant d'une "société secrète" enfermée sur elle-même !...

 

 

Rappelons lors ce que nous entendons par union druidique :

 

« Unir » c'est assembler en conscience, convergence de désir, de volonté et d'entendement et en pleine et lucide connaissance de cause et d'effet, en concordance et cohérence, en liberté et responsabilité, ce qui est séparé, distinct, singulier, unique, deux entités ou personnes ou individus (une dualité en présence qui tend à dépasser ce qui la sépare pour concélébrer ce qui est de Nature et d'Essence à l'unir dans l'espace et le temps et sa durée.)...

 

Requérir le soutien philosophique, sacré, divin et donc spirituel de la Tradition, c'est faire appel à des « Forces, Energies et Lumières », spécifiques à Celle-ci en sachant que cette triade d'accompagnements salutaires comporte aussi une forte dimension « universelle » qui l'ouvre sur tous le(s) monde(s) et l'univers visible et invisible...

 

Ce légitime désir, cette magnifique aspiration, ne peuvent être le fait d'un élan passager aussi « sympathique » soit-il, basé sur une engagement certes sincère entre les futurs époux, mais qui ne mesure pas (la plupart du temps) ce qu'il importe pour être durablement vrai et uni dans le cœur battant et vibrant du monde...

 

L'engagement à une portée considérable dans le monde Celte et ce, à travers le Verbe, la Voix, la Parole qui en seront l'expression majeure et sacrée laquelle ne sauraient dissoner ou être en discordance avec les Vibrations inhérentes à la fréquence relationnelle recherchée avec ce que l'on ne peut « nommer », mais qui représente le Principe, l'Anima, l'Essence à l'origine même de la Création et de la Loi d'Evolution qu'elle poursuit...

 

S'unir selon la Tradition, face à l'Oeil de Lumière, enveloppé des Trois Rais Lumineux et Sonores, associé à ce qui Fût, Est et Sera, avec le Ciel au-dessus de nous, la Terre sous nos pieds et l'Océan de Vie et de potentialité de Vie qui nous entoure, conjoint à tous les Eléments et ce, en Présence des Entités bienveillantes et bienfaisantes convoquées à la célébration, n'est pas un acte mineur et passager (une aimable parenthèse ouverte, mais vite refermée dans le déroulé assez conventionnel et usant du phrasé d'une existence.)...

 

Rien n'est plus exécrable dans le monde Celte que le mensonge et l'hypocrisie qu'il alimente et entretient au détriment de la Vérité qui est la recherche permanente d'un point qui fasse équilibre et harmonie entre tous les êtres et toutes les choses...

 

Cette recherche constante et parfois usante et déroutante, tant elle sollicite et exige de « valeurs » véritablement incarnées, est la base, le fondement, l'assise, de tous les enseignements de maîtrise et de sagesse que dispensent la Tradition... (Et bien d'autres Traditions d'ailleurs.)...

 

Elle demeure d'une actualité la plus « criante » qui soit car l'absence de cette recherche tant pour l'individu que ses communautés d'appartenance (y compris planétaire) conduit peu à peu à un retour vers le « chaos » ce qui paraît assez inéluctable sauf changement de paradigme sociétal lui faisant obstacle...

(Et cela implique une conscience éveillée, lucide, éclairée, sagement et joyeusement à l'oeuvre ; ce que propose d'ailleurs et depuis toujours toutes les Traditions dignes de ce nom.)...

 

Avec la cruauté et l'orgueil, la parole et les actes qui ne sonnent pas justes, le monde est « parasité » et cela ne permet plus, n'autorise plus, l'entendement, la « reliance » compréhensible, car il y a des interférences négatives diffusées alors qui perturbent plus ou moins gravement le champ des émissions et des réceptions entre le sacré et le profane, le ciel et la terre, le passé et le futur, l'obscurité et la lumière, l'homme et la femme, etc...

 

Lorsque l'événement est sincèrement, authentiquement, vécu en amour, ferveur et conscience, il empreint l'espace et le temps, l'inconnu, l'immensité et l'infini et les paroles qui le concélèbrent résonnent au cœur même des étoiles ; lors le « Sacré » fait écho !..

 

Le rituel d'Union est donc un rituel des plus « sacrés » qui soit...

Il relève d'une Initiation mutuelle, singulière et plurielle, unique et universelle, cosmique et cosmogonique autant que mythique et archétypale !...

 

C'est une « Genèse » à lui tout seul... Il revisite et incorpore ou incarne (tous les sens convoqués), l'Origine même de la Création...

 

Chacun des futurs « épousés » renaît en quelque sorte par la grâce offerte de l'autre et le don de son offrande au sein d'un athanor comme Un qui dispensera en chacun l 'Effluve d'Amour si désaltérante et si « nourricière » pour le couple ainsi formé...

 

Difficile de mesurer cela à l'aune d'une matérialité qui ne peut que s'estomper et se confiner en ses ombres et obscurités face à ce « Soleil » de Vérité !...

 

L'Union druidique acquiert de telles dimensions du fait qu'elle se situe et se place au cœur, au sein même de la dimension sacrale ; les feux et les eaux de celle-ci, les souffles qui en émanent, le Verbe qui en jaillit, le Poème de vie qui en naît, sont de cette profondeur et de cette élévation que ne peut connaître la plane et linéaire surface de l'illusion, du factice et de l'artifice, de la sympathie éphémère que l'on porte à une Tradition méconnue et caricaturée...

 

Abonder à des demandes qui ne reposent que sur le factice d'un engagement incapable de fournir durablement sève et racine adéquates à l'Arbre de vie communautaire, c'est non seulement défigurer le visage même de cette Tradition, mais être également complice du masque qu'on lui impose alors !...

 

L'Union druidique est un acte de « fidélité » à soi, à l'autre, à la confiance, à l'espérance, à la croyance qui scellent et sustentent au quotidien de l'existence la dite union laquelle par sa dynamique propre et spécifique apportera à chacun et à la communauté de vie ainsi irriguée et nourrie ces « Forces, Energies et Lumières » qui par leurs précieux apports permettront à la Femme et à l'Homme « accouplés de Corps, de Coeur, d'Âme et d'Esprit » de s'accomplir, de s'épanouir, d'évoluer en conscience, maîtrise et cohérence, sagesse et discernement, tant individuellement que communautairement...

 

Passant du « superficiel » à des dimensions essentielles, fondamentales, primordiales, élémentaires et « originelles », on ne pourra que constater alors que le « super » fut « Ciel » !...

 

La Tradition à travers les sacerdotes qui la servent, qui ont fait librement et volontairement choix de la servir ainsi que ceux et celles qui la servent de leur mieux et ceux et celles qui viennent respectueusement à sa rencontre, accueille, renseigne, accompagne, informe, instruit ces démarches et demandes d'Union druidique qui peuvent en effet représenter un soutien considérable dans la difficile construction d'un couple aimant, mais elle ne saurait valider et cautionner ce qui ne repose que sur un désir plus ou moins fantasmé d'y avoir recours non sans en mesurer au préalable tout l'engagement de véritable « Amour » qu'elle induit, inspire, enseigne, conforte, fortifie, dans la plénitude du don et de l'offrande de l'union de deux être que « tout sépare », mais que le Tout uni...

 

.



05/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 455 autres membres