Les dits du corbeau noir

DIVAGATIONS TRAVERSIERES ART ET PENSEES 2017 BRAN DU 01 02 2017

 

 

Divagations géo-poétiques diverses et variées...

Bran du 01 02 2017

 

 

Trégor et feu mars 2016 050pm.jpg
photo Bran du

 

 

 

1 / Voyage sensoriel à travers les oeuvres photographiques de

Wynn Bullock...

 

 

La robe parsemée de fleurs gisait sur le buisson offrant à celui-ci une bien étrange floraison...

Des pins cerclaient une clairière ; des pins assez âgés dont les branches basses n'étaient plus que moignons rongés par les saisons...

Peu de lumière en cette clairière si ce n'est celle d'un corps, nu, féminin allongé sur la mousse verte ; offerte à la douceur d'un vent estival, à la quiétude du lieu, aux odeurs de résine, au coup répété d'un pic cherchant obstinément sa nourriture...

 

Des dieux, au plus haut de leur trône céleste contemplait cette nappe corporelle formant autel de beauté et de grâce...

 

///...

 

La « Femme-Lunaire »

produit en mes pensées

un effet de solarisation...

 

///...

 

L'estompage

pour que la Partie

nous enseigne les mystère d'un Tout.

 

///...

 

L'Arbre ; simplement,

corbeille de chants,

bouquet de lumière...

 

///...

Évider...

Épurer...

Une règle pour la plénitude...

 

///...

 

La forêt est une couche

où s'abouchent

le rêve et la réalité...

 

///...

 

le minimalisme

Fait son maximum

pour nous restituer un regard premier !

 

 

P1060374pm.jpg
Photo Bran du

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Traquer, rechercher l'esthétisme à tout prix ce n'est pas révéler le « mystère », faire sourdre puis jaillir la beauté ; c'est donner, offrir, des images et des visage à l'au-delà de ce que le regard peut percevoir sans nécessité d'artifice ni recours à une séduction techniquement manipulée...

 

Ce n'est pas réfléchir une même face dans le miroir de la contemplation... C'est prendre, le temps de se surprendre,

d'apprécier et de découvrir, dans la multitude de ses palettes,

le différencié et le diversifié...

 

Une image trop « lissée » nous prive de ses reliefs ; nous ne pouvons que glisser furtivement dessus et non la pénétrer autant qu'elle nous pénètre...

Nous sommes flattés par la beauté qui correspond à l'idée que nous nous en faisons laquelle relève le plus souvent d'un formatage d'éducation ou d'un conditionnement social ou d'un effet de « mode » ou encore d'un faisceau de conventions censées être validées communautairement...

 

Nous ne voulons pas de la beauté qui dérange le catalogue de nos représentations ; qui inverse ou renverse nos propres conceptions...

 

Dans le registre de nos émotions, la part intellectuelle à laquelle celles-ci sont soumises fait écran, s'interpose afin de demeurer maître de son emprise, d'échapper à « la dérive ou à la divagation des sens » qui livrés à eux-mêmes seraient en pleine capacité de concélébrer la vie et le vivant en faisant abstraction de ce qui refuse de s'y adonner...

 

A cela s'ajoute le poids, le pesant immense, des craintes et réticences produites par nos peurs et notre ignorance...

Le désir de posséder, de contrôler, de soumettre, de maîtriser, nous prive lors des joies vives de l'abandon...

 

Il est des plus urgent de lire ou relire pour antidote à ces résignations John Copper Powys, Jean Giono ou D H Lawrence !...

 

Urgent de reconnecter tous nos sens à l'Essence !...

 

 

P1060416pmjpg.jpg
Photo Bran du

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Deux propos conjoints sont proposés à votre réflexion , ceux d'un photographe et ceux d'un peintre :

 

André Edouard (Photographe) nous dit ceci :

 

Pour rappel étymologique : Photographier, c'est écrire avec la lumière...

 

« ...Je ne sais pas pourquoi je transforme le réel. Je veux aller au-delà de la représentation immédiate, de la vision primaire.

Je cherche peut-être dans les choses ce qu'elles cachent, ce qu'elles contiennent plutôt que leur aspect extérieur. J'ai envie de rentrer dans les choses, dans l'arbre, pour voir sous l'écorce ce qu'il y a de plus réel que sa superficialité. »...

 

« La réalité des choses, c'est dans ce qu'elle évoque plutôt que ce qu'elle montre. » « Les images peuvent contenir un pouvoir plus fort, sans être descriptives. »

 

« Dans la nature, je ne cherche rien... Si on a une idée préconçue, on se limite... » « L'idée c'est d'être à l'écoute de ce qui se présente. »

 

« Les poètes expriment encore plus fortement la réalité par la suggestion verbale. »... « Le réel du monde est dans la poésie. »

 

« Dans la nature, je compose avec la lumière du jour, seule source universelle et parfaite. »

 

André Edouard est le concepteur d'une technique photographique appelée « Photomorphose » où l'évocation, l’atmosphère, la sensation se sont substituées à la description...

« Cette approche, partant du concret, invite aussitôt à s'en échapper, ouvrant les portes du rêve et de l'imagination. »

 

Il cite un extrait des Upanishad :

 

« En vérité, la forme essentielle de l'éther dans l'espace du cœur, c'est cela qui est la splendeur même. »

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Georges Brunon – Peintre

 

 

Divers Fev 2017 027pm.jpg

 

« Dans nos sociétés industrielles, la force de la nature est mise en esclavage. Quand on éveille le corps créateur, quand on « entre dans la spirale », c'est en soi que l'on ressent cet esclavage ; la tyrannie du fabriqué sur le créé. » Georges Brunon – Peintre

 

Son propos est de réfléchir ensemble sur la pensée primordiale à travers la peinture …

 

« Vivre, c'est créer. »

 

«Peindre ; c'est penser. »...  « Penser ; là est la source de l'oeuvre . »

 

« Penser, pour moi est un effort désespéré pour atteindre l'unité. »

 

« La pensée primordiale naît avant nos idées, nos bonnes raisons, avant le mot... Elle surgit avec le regard. C'est le REGARD et non l'idée qui est à la source du tableau...  C'est là que naît la pensée primordiale qui est un pur vécu créateur

 

« Les sensations, émotions, intuitions, la sensibilité, sont des facultés considérées comme inférieures car manquant d'objectivité.

On s'imagine alors que la conscience qui se charge de mettre de l'ordre dans tout cela est la pensée, instrument de la Création.

C'est précisément ce qui nous semble être la mutilation actuelle ; car ces facultés méprisées sont chargées d'une énergie créatrice qu'on ne trouvera jamais dans l'ordinateur. »...

 

 

Divers Fev 2017 026pm.jpg

 

« La pensée primordiale créée. La main réalise. »...

 

« Par l'authentique, l'art évoque la nature en nous... »

 

« Un tableau illustre, en dehors du sujet représenté, la rencontre de la nature et de la culture ; c'est à dire la rencontre avec la vie même. »

 

« Le tableau dépasse le plaisir qu'il procure, il est aussi la présentation du lien vivant entre la pensée primordiale et ma vérité. Il est une présence de la vie en nous et devant nous. »...

 

« Je crois profondément que l'énergie que dégage une forme est liée à la qualité de méditation qui l'a mise au monde. »...

 

« La pensée primordiale est en nous comme une musique. »

 

« Il s'agit de retrouver notre « conscience-source », notre nature, pour mieux trouver la place, en elle, des ouvertures nouvelles. »...

 

« Ce qui est en jeu, c'est la maîtrise de la vérité par l'authenticité. »

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Du Côté de la Sculpture avec Françoise Veledda

 

 

Divers Fev 2017 010pm.jpg

 

« Travailler la pierre s'inscrit dans une Tradition qui lie l'homme et le minéral depuis les temps les plus reculés. C'est aussi l'expression d'un cheminement intérieur. »

Fabienne Kaugmann-Garcher

 

«...Les pierres séduisent par leur beauté propre, infaillible, immédiate. » Rogher Caillois

 

« La main pense et suit la pensée de la matière. Capter l'essence non l'apparence. » Bancusi

 

« La sculpture, c'est ce qui reste quand l'esprit à oublié tous les détails. » Picasso

 

« Sculpter, c'est prendre le sentier disparu, renoncer aux formes prévisibles. C'est retrouver une voie dans l'opacité d'un matériau informe. »... Guiseppe Penone

 

« La sculpture ne peut pas s’accommoder de la mode. » Renoir

 

 

Divers Fev 2017 015pm.jpg
"Aimer, Sculpter, Etre"  Veledda

 

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Du Coté de l'art Naturel avec Yves le Fur (Résonances)

 

 

Divers Fev 2017 019pm.jpg

 

« ...En passant par la chose naturelle à l'oeuvre nous soulignons les rapports existants entre les démarches de l'art et celles de la nature. Elles restent liées par l'adhésion sensible et physiologique que nous entretenons avec les volumes, les matières, la lumière et les couleurs. Leur dialogue est réciproque, le sentiment esthétique participant à l'émergence spirituelle, l'une de ses formes les plus raffinées...

Devant l'art s'offre la multiplicité des matières, des textures, des empreintes élémentaires, la perception ardente d'un instant esthétique, infiniment renouvelé. » Yves Le Fur

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Reprenons nos divagations.... Bran du 01 02 2017

 

Des mots pour « godiller »...

(« Godiller » est une manoeuvre effectuée avec un mouvement particulier de la main et du poignet pour faire avancer une embarcation vers sa destination.)

 

Obscurité, lumière, clarté, ombre, brume ou brouillard, averse, chute de neige, tout cela s'offre à notre regard, à nos facultés visuelles et perceptives. Leur nature même détermine une vision, procure une « ambiance » qui influe sur nos sens et la « lecture » que nous en faisons...

Ce sont des « enveloppes » au sein de laquelle se tient l'image que nous décachetons...

Cette « écriture » imagée s'adresse à l'être qui saura ou non en déchiffrer les couleurs, les parfums, les formes, les rythmes et les sons...

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

La contemplation est une margelle de la méditation ; comme celle-ci elle elle relève de l'écoulement et du ruissellement qui n'ont à connaître aucun obstacle, aucune retenue, en leur course vers un océan de viduité...

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Si l'on veut bien voir, et, naturellement, regarder, la beauté est partout présente surtout quand elle est « nue », « drue », « crue », bue des lèvres, des yeux et des mains... et vue, les « yeux fermés !»

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Le monde « flottant » ;

le cortège bariolé des nuages,

ne sont que rêves évaporés...

 

///...

 

L'instant ; c'est celui du roseau au reflet de l'étang que le vent fait bouger...

C'est celui du héron dans sa puissante verticalité qui perce de son bec la vie en mouvement...

C'est cette furtivité qui glisse sur l'étendue immobile comme une caresse qui nous fait frisonner...

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Ultime et pertinente recommandation, annonce et interpellation :

 

« Entrez en vous-mêmes, sondez les profondeurs où votre vie prend sa source. C'est là que vous trouverez la réponse à la question : devez-vous Créer ? » Rainer Maria Rilke

 

« Il y a un chant endormi en toutes choses qui rêvent sans fin et le monde se mettra à chanter si tu trouves le maître-mot .»...

Joachim Von Eichendorff

 

« ...N'est-ce pas notre vocation la plus secrète ; transgresser les limites définissables pour accéder, peut-être, à l'intemporel ? »

Christiane Falgayrettes

 

 

 

Toul Goulic aout 2016 240pm.jpg

Toul Goulig  Photo Bran du

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



01/02/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 422 autres membres