Les dits du corbeau noir

BELTAINE 2017 PISTES, APPROCHES, DONNEES INFORMATIVES POUR NOURRIR LA REFLEXION BRAN DU 10 04 AVRIL

BELTAINE 2017

Etude et approches et re-visitation... Bran du 10 04 2017

Sources Philippe Jouet Dictionnaire de la Religion et de la Mythologie celtique

 

///... …///... …///...

 

 

On ne saurait aborder ce rituel saisonnier (comme tous les rituels de la Roue de l'Année d'ailleurs) sans replacer cela au sein des conceptions essentielles et fondamentales de la pensée celto-druidique :

 

 

Soit : « Une vision du monde suivant laquelle l'Univers, la société humaine, la terre habitée sont soumis à l'alternance du clair et du sombre, à celle des dieux bienveillants et des puissances envieuses qu'il faut constamment prévenir, équilibrer, conjurer dans l’intérêt de la communauté humaine dans son ensemble. »...

(In Philippe Jouet dictionnaire de la religion et de la Mythologie Celtique.)

 

 

Notes : Les puissances envieuses sont particulièrement attachées , associées, à la période sombre et nocturne de la redoutée « traversée hivernale »... (D'où les récits relatifs à cette période inquiétante narrant l'aventure de rois ou de guerriers héroïsés qui partent justement à la conquête « en plein hiver » des « Fruits de la Belle-Saison » (ou autres symboles solaires équivalents) porteurs d'espérance et de renaissance dans le futur retour du monde à prédominance diurne.)...

 

 

Nous retrouverons ce concept au sein du Barddas qui invite en fait à amoindrir le pouvoir des forces nocturnes tout en accroissant celui des forces diurnes en faisant œuvre de discernement afin de maintenir en tout cela un « Point de vérité et d'équilibre »...

 

 

Dans cette « vision du monde » prend place des éléments issus de la première conception celtique liée au domaine cosmique et la seconde appliquée à la structure tri-fonctionnelle de la société celtique.

 

 

La religion celtique connaît en effet deux périodes l'une, la première, est dite cosmique, c'est la plus ancienne. Il s'agit d'un ensemble d'idées, d'images, de symboles et de procédures relatifs aux réalités naturelles extérieures à la société humaine que celle-ci tente de se concilier cela élargi à l'Univers et aux dites puissances qui le gouvernent ; puissances qui s'inscrivent dans une durabilité au sein de la seconde religion dite de la tri-fonctionnalité sociale et politique qui se préoccupe davantage de la citée des hommes et de leur organisation, de leur rapport, de l'ordre institutionnel, au sein de celle-ci...

 

 

Au sein de cette alternance saisonnière, la communauté humaine et ses guides spirituels mettent en œuvre des rituels d'accompagnement qui s'efforcent de mettre en application les conceptions précitées en renforçant leur participation à cela par une relation fervente et aimante avec le domaine du divin et du sacré... (Pratiques rituelles, offrandes et sacrifices.)...

 

 

Il s'agit en fait d'un partenariat sensible et intelligent, conscient, cohérent et volontaire, jugé efficient et opératif, passé entre la communauté humaine et la société des Dieux et des Déesses ( Forces, Energies, Lumières, Vibrations, Informations émanées de l'Indicible et de l'Imprononçable.) afin de préserver dans la mouvance et la turbulence de « l'alternatif » le fameux point d'équilibre et d'harmonie sans lequel tout l'Univers retourne vers le chaos et la communauté humaine avec lui...

 

 

 

Autre note : Transposé en concept astrophysique, il y aurait un concept « dieu » gérant du domaine visible, de la Lumière dite visible et donc de leur « apparence », gestionnaire attentionné et bienfaisant donc du monde des « formes » (de la « Masse » soumise aux phénomènes Electro-magnétiques.) et une sphère divine indescriptible (par nécessité de langage ici scientifique : la Lumière dite Réelle, Lourde, Pesante et Invisible dans laquelle flotte comme un bouchon le monde visible des formes voguant dans l'océan de la Matière Noire ou du Rayonnement Noir.)...

 

 

 

Autre point des plus important :

L'apport linguistique :

 

Dans le monde indo-européen duquel le monde celtique est issu le nom de Dieu est celui du Jour. Il s'agit initialement du jour diurne (le ciel pensant le jour)...

Les Dieux sont étymologiquement ceux du Jour (Un ciel diurne divinisé)...

Ce sera le cas du Dagda (Dagodevos) ; le « Dieu-Bon » du ciel diurne ; Le « Père de Tous » (Ollathir)...

Lequel est associé à la Vie et au renouveau de Celle-ci...

 

 

Cela implique que non seulement soient particulièrement fêtés et célébrés à Beltaine : les Aurores ( Brigit, Rhiannon...), mais aussi le Dagda ou Dagodevos et bien entendu le Fils hivernalement engendré : BEL ou Belenos.....

 

 

Ces puissances divines diurnes sont considérées comme bonnes, généreuses, bienfaisantes, bienveillantes, prodigues, mais elles font aussi des « envieux et des jaloux » qui s'opposent à cette luminosité « insolente » dont ils voudraient bien par ailleurs s'approprier le territoire et la souveraineté exercée...

 

 

Ce sont les puissances sombres, néfastes, hostiles qui ne supportent pas l'alternance imposée par les cycles et font tout par exemple pour retenir le jeune soleil (le Mabon le Mac oc, Oengus...) ou les Aurores capturées, dans les cachots de leur profonde obscurité  hivernale !...

 

 

Le Barddas fera état d'entités sombres comme Drwg par exemple ou encore Cythraul (des opposants sérieux!)...

 

 

La cosmologie et sa « dynamique » sont donc fondées sur la coexistence alternée d'un Ciel Diurne (Blanc) domaine des Dieux et d'un Ciel Nocturne (Noir et ses équivalences) siège des Forces « envieuses ». Ces deux cieux sont séparés par un espace Rouge auroral et crépusculaire...

 

 

Retenons que la BELLE SAISON est considérée comme la PARTIE VIVANTE DE L'ANNEE...

 

La traversée hivernale est marquée du saut d'une « non activité » externe et la Belle Saison de celui d'une réactivation externe...

 

 

Il y a donc une période destinée en quelque sorte à l'intériorisation et une autre à l'extériorisation... (Passage du « passif » à « l'actif ».)

 

On pourrait considérer la période sombre comme favorable à la méditation et à l'introspection et la Belle Saison comme prédisposant et impulsant à l'action et à la manifestation

De très nombreux mythes et rituels s'expliquent par la cosmologie saisonnière des concepts et visions issues du monde Indo-Européens...

 

 

On notera pour illustrer ce qui précède que les Fianna d'Irlande (guerriers chargés de veiller sur la sécurité de l'Irlande) reprennent leur activité le 01 mai.

Que les Thuata Dé Dannan débarquent en Irlande un lundi de Beltaine...

Que la fameuse bataille de Mag Tured commence en Mai.

La victoire des Thuata Dé Dannan interviendra au Sosltice d'été...

 

 

 

A noter également que les Aurores cosmologiques et celtiques sont les compagnes favorites des guerriers et des poètes, les porteuses de « dons » et les garantes du bon exercice des arts, techniques et pratiques...

 

................................................................

 

 

 

Beltaine ou Beltaine ou Cet soman (début de l'été)...

 

 

Les textes irlandais nous parlent des feux bienfaisants et bénéfiques que les druides font pour Beltaine en accompagnant ces feux de grandes invocations...

 

C'est une fête où le feu occupe la première place...

 

 

BELTAINE : LA FETE DU FEU

 

Un feu aux divers aspects...

Le Feu de la Parole ou encore la Parole de Feu (dont sont détenteurs les Bardes dignes de ce nom et les Druides en leurs invocations et formulations.)

Le Feu de la Vie, le Feu de la Pensée, de l'Action, du Sacrifice...

 

 

Les rites sont fondées sur la Parole laquelle prend à Beltaine une dimension plus affirmée en densité et intensité (plus flambante, enflammée, encore.)...

 

 

N'oublions pas que les actions volontaires et intentionnelles appuyée sur la Parole de Feu, se veulent co-participer de la régénération du cosmos et aider au bon ajustement des saisons (comme les joutes oratoires tenues lors de la Samain.)...

 

 

La Parole, considérée comme une forme de lien religieux, participe à la cohésion du monde « une solidarité universelle » et constitue en ce lien une responsabilité commune des hommes et des dieux...

 

 

 

Rappel : « Nous sommes dans un système cohérent d'idéaux et de valeurs au sein d'une culture traditionnelle basée sur l'oralité et la force de la Parole. »...

Les Druides sont des techniciens du Droit, de la Parole, du Rituel...

 

 

Pour Mémoire et à mémoriser  :

 

Le « héros Celte » est celui qui traverse sans dommage l'eau hivernale, qui franchit les obstacles (le sombre spatial et temporel) et qui conquiert la « Belle Saison » avec l'aide des Aurores...          Il assume alors son rôle salutaire de « restaurateur de l'ordre diurne. » et obtient en retour son « immortalité solaire »...

 

 

Les couleurs de Beltaine sont le blanc et le rouge...

 

 

Le Feu est l'élément central du festiaire de Beltaine. Ce Feu est étroitement associé à la notion de Feu de la Parole. Ce qui confère à celui-ci une fonction de premier ordre dans le déroulé du rituel...

 

 

La Pensée affinée, aiguisée, maturée, macérée, pendant la période hivernale entre en action et génère les Actes en adéquation avec Elle...

 

 

Voici, avec ce qui précède, des éléments qui permettent de mieux connaître l'Esprit de Beltaine et de mettre en œuvre des Paroles, des gestes, des actions en concordance et cohérence avec l'Anima et l'Essence de cette très importante fête dite de la Belle-Saison...

 

 

Il nous appartient en ce rituel de rester fidèles au « Fond » ancestral et aux concepts qui l'ont forgé tout en actualisant et adaptant les formes en les mettant en correspondance et résonance avec notre « langage » d'aujourd'hui en vue d'entendement comme Un...

Cela se conçoit en terme d'évolution laquelle fait partie intégrante et agissante des concepts originels de la Pensée celtique...

 

 

Sans oublier ce point fondamental : le respect de l'Essentiel et la Cohérence de tout ce qui se trouve assemblé à ce titre...

 

 

« La masse considérable des textes insulaires fournit sur l'idéologie de la religion des renseignements cohérents et essentiels. »

 

« La religion des Celtes, comme leur culture, est constituée de formes différenciées, organisées et coordonnées... »

 

 

Il est souhaitable d'avoir conscience que le « don » (compétences, facultés...) est une inspiration indispensable pour animer des formes en suivant (en respectant) la Tradition ; laquelle projette tout détenteur vers le devenir...

 

 

Quelque soit le « rituel », on ne saurait se passer en aucun cas du « Souffle de l'Awen ». Il s'agit d'en favoriser, par tous les moyens, dispositions et supports, la Manifestation !...

 

 

 

Pour rappel à ce sujet :

 

« Les Celtes de l'Antiquité sont ouverts à l'innovation. »...

 

« La relative stabilité de la Tradition religieuse celtique n'exclut pas des évolutions et des adaptations formelles.»

 

« La culture orale a protégé la mythologie par delà les renouvellements de la forme. »

 

 

 

Sous forme de conclusion provisoire...

 

Les Celtes ont manifesté un goût prononcé pour « l'énigme »...

 

Il nous appartient d'explorer celle-ci :

 

 

« La première fonction indo-européenne :

Elle couvre d'une part le sacré et les rapports soit des hommes avec le sacré (culte, acte magique...) soit des hommes entre eux sous le regard de la garantie des dieux (droit, administration...) ainsi que le pouvoir souverain exercé par le roi ou ses délégués et plus généralement, la science et l'intelligence, alors inséparables de la méditation et de l'usage pratique des choses sacrées. »

G Dumézil

 

 

La Tradition indo-européenne ne se réduit pas à la tri-fonctionnalité ; celle-ci est entre autre modulée par l'association d'un quatrième terme, généralement féminin, considéré comme « hors-fonction »...

 

 

Les études menées montre l'existence dans la pensée conceptuelle celtique ancienne de la présence d'une « Puissance impersonnelle » agissant dans toutes les formes et tous les mondes y compris celui des dieux.

 

L'art provoquait cette rencontre avec cette « Energie fondamentale ».

Un art supposant un artisan « initié » pour sa mise en œuvre.

 

A côté de la religion, par définition, construite et sociale, devaient exister des voies de connaissance, de sagesse et de victoires, certaines extrêmement anciennes et propres à ces milieux initiatiques... (Soit des expériences et des doctrines qui allaient bien-au-delà du formalisme et du rituelisme coutumiers.)...

 

 

Le Livre des Bardes gallois intitulé Barddas et l'étude et les commentaires faits par Philippe Jouet évoquent aussi ces éléments avec prudence certes, mais sans en contester la probable existence...

 

De quelle réelle Puissance s'agit-il  alors ?

( De quelle forme d' Energie fondamentale ?)...

 

 

Je vous laisse approfondir cette « Enigme » !...



10/04/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 403 autres membres