Les dits du corbeau noir

3è COLLOQUE SUR LA RELIGION CELTIQUE B SERGENT DRAGON ET FETES 2017 BRAN DU 14 11 NOVEMBRE

3è Colloque sur la Religion celtique (Partie 2)

 

Bernard Sergent

Dragons et fêtes celtiques...

 

Le conférencier et chercheur rappelle que dragon en Grec keitos et les dérivés du terme dont drak à le sens d'un serpent qui jette un regard qui fascine...



Il dresse un état de tous les saints sauroctones (tueurs de dragon ou de monstre assimilé à un dragon) à partir de la date de leur fête dans le calendrier en relevant lui aussi que le meurtre du dit dragon, est plutôt rare (sauf chez St Martin et St Georges), la plupart du temps celui-ci se soumet ou est « dompté » et le saint le renvoi là d'où il est venu.

On ne tue pas le plus souvent, dans les fêtes, le dragon ou le monstre, mais on réalise et ritualise des « affrontements »...



C'est le plus souvent au solstice d'hiver que le dragon et combattu et vaincu...

(Comme la mort elle-même puisque surgit alors des signes d'une nouvelle vie.)...

C'est aussi dans le temps de Samain que se tiennent les affrontements verbaux ou joutes verbales avec les forces venues de l'Autre-Monde...



(Note Bran du : Quand St Patrick et autres saints disent avoir fait disparaître, ou avoir chassé tous les serpents de l'île ou d'un territoire, il faut comprendre que le dit « serpent » représente le paganisme.)...



Bernard Sergent nous présente le tableau suivant répartissant à partir du calendrier romain, mois par mois, l'action d'un saint sur un dragon ou un monstre apparenté :



Janvier : 19 cas

Février : 9

Mars : 6

Avril : 6

Mai : 20

Juin : 17

Juillet : 7

Août : 8

Septembre : 9

Octobre : 10

Novembre : 11

Décembre : 12



La fréquence se situe en mai et juin et dans les mois d'hiver...

(Soit dans les calendes de Beltaine et de Samain...)

On note des irrégularités dans la fréquence de célébration de ces fêtes réparties sur l'année...



Si l'on prend comme modèle un comput plus proche du calendrier gaulois (par quinzaine) cela donne le tableau qui suit , :



Du 16 jan au 15 févr : 20 (autour d'Imbolc)

Du 16 fév au 15 mars : 2

Du 16 mars au 15 avril : 3

Du 16 avril au 15 mai : 16 (autour de Beltaine)

Du 16 mai au 15 juin : 12

Du 16 juin au 15 juil : 16

Du 16 juil au 15 août : 16 (autour de la Lugnasad)

Du 16 août au 15 sept : 14

Du 16 sept au 15 oct : 9

Du 16 oct au 15 nov : 27 (autour de Samain)

Du 16 nov au 15 déc : 11

Du 16 déc au 15 jan : 10



Deux constats d'importance :

Les fêtes dites celtiques attestées en Irlande et Pays de Galles sont manifestement célébrées et perdurent aussi en Gaule donc sur le continent...

C'est aussi la preuve d'une survivance des célébrations druidiques sous l'empire romain et d'une résistance des populations locales qui maintiennent, face à la christianisation, leurs habitudes et pratiques cultuelles...



(A noter que l'on ne compte, à priori, que 3 saintes « tueuses » de dragon!)...

 

A noter également que le fait de célébrer les fêtes sur la base des quatre saisons de l'année est une particularité des Celtes par rapport aux autres indo-européens... 

Ce rapport au dragon est un rapport saisonnier...

 

Dans le monde guerrier « tuer » ou « maîtriser » le dragon affirme la valeur, le courage et la force du combattant...

 

Bernard Sergent cite un roi iranien se transformant en dragon afin de ramener le respect de l'autorité parmi son peuple...



Les récits mythologiques celtiques sont des récits dits pédagogiques. (Ils transmettent à des « disciples » un enseignement, une sagesse, une éthique et des valeurs... Bernard Sergent relève que le terme de mythe « pédagogique » tend curieusement à remplacer, de plus en plus chez les chercheurs, le terme  de mythe « initiatique » bien mieux approprié pourtant !)...





14/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 447 autres membres