Les dits du corbeau noir

2è COLLOQUE RITES ET MAGIE DANS LA RELIGION CELTIQUE PARTIE 4 2016 14 11 NOV

 

 

2è Colloque Rites et magie dans la religion celtique...

Partie 4

 

Gaël Hily :

Un œil, une main, un pied : un rituel magique chez le Dieu Lug et le héros Cù chulainn...

 

Rite de magie guerrière en Irlande...

L'Irlande est le seul territoire qui ne sera pas romanisé...

Ce sont donc des structures anciennes non bouleversées par Rome, mais par la conversion de l'Irlande à la foi chrétienne en 432 à l'arrivée de St Patrick...

L'écriture sera introduite en Irlande à cette occasion...

La classe sacerdotale n'a pas disparue ; les bardes ou « filid » ont continué à transmettre leur corpus de connaissance et ont adopté par la suite l'écriture...

 

On distingue quatre cycles mythologiques :

 

La Bataille de Moytura (Dieu contre Démon) avec pour héros principal Lug...

 

Le cycle royal (rois pseudos historiques)... Le livre des invasions ou 5 conquêtes de l'Irlande...

 

Le cycle épique : Le cycle d'Ulster / la Razzia des Bœufs de Coolez / avec le héros Cù chulainn ...

 

Le cycle Ossianique, les Enfants de Finn et le Dialogue des Anciens...

 

 

Cù-chulainn est dit fils de Lug (une filiation avec transmission des attributs divins) (main agile, arme de jet...)

Il possède également un aspect héliaque comme son père...
Ils combattent tous deux pour un groupe social...

Ils ont tous deux quelques difficultés dans leur rapport au féminin...

Ils se livrent à des transformations physiques...

 

Lug se tient, avant la bataille avec les Fomoire, sur un pied avec un œil clos et fait ainsi le tour des troupes...

Cù chulainn fait de même mais écrit des « ogam » et, au pied et à l'oeil, ajoute à la posture celle de se tenir sur une seule main...

Ces deux attitudes, où chacun modifie temporairement son aspect physique, fait acte d'éloquence, sont assez proches et ce ne peut être une coïncidence, mais un même schème narratif qui concerne Lug et Cù chulainn...

 

L'ogam oblige et Fergus qui en fait lecture ; Fergus passé dans le rang de l'armée ennemie qui fait face à Cù-chulainn, invite l'armée à ne pas transgresser l'interdit marqué sur le cercle de bois... Passer outre entraînera la destruction de l'armée...

 

Le principe opératif :

 

1 / La satire ( acte imposé à quelqu'un qui en sera victime s'il n'obéit pas aux injonctions prononcées ou écrites.)...

2 / L'unicité des membres (on retrouve cela dans un autre récit intitulé : La destruction de l'hôtel royal avec une déesse oeuvrant avec un œil et sur un pied (en position de « grue ».)... La prophétie annonce la mort du roi...

 

Lug entame un chant avant de combattre les Fomoire (la satire est ici incantatoire et c'est un acte magique.)...

Les « dieux » l'emportent finalement sur les « démons » paralysés en quelque sorte par l'incantation magique...

 

Cù-chulainn fait une couronne avec une branche de chêne et grave les ogam pour entraver l'avancée de l'armée ennemie...

 

Lug et Cù-chulainn exigent et menacent... Il y a bien ici des actes apparentés...

Notes :

Le Fils est bien à l'image du Père et dispose des mêmes attributs "magiques", opératifs et efficients ; l'ensemble mis au service d'une cause "juste" ; source d'héroïsation pour l'un et de divinisation pour l'autre...

Il y a bien un "rituel" qui fait appel à la voix et à l'éloquence de celle-ci (invocation satirique), à la gravure d'ogam et une série de postures qui ramène le corps à une "unicité" concentrant forces et énergies... Ce "rituel" enserre "l'ennemi" soit dans un cercle "physique" (circumanbulation autour de l'ennemi") soit à partir d'un cercle réalisé avec une branche de chêne et comportant des ogam gravés...

Enclore la "force" que l'on veut "neutraliser" implique la force vibratoire de la parole voir du son voir du trait savamment gravé et une gestuelle unifiée ainsi qu'une intention clairement formulée des effets et conséquences encourus...

............................................................................................

Gaël Hily est l'auteur de « L'Autre Monde Celte ou la Source de Vie », mais aussi d'un ouvrage récent consacré au dieu LUG...

Voir Mémoires de la Société Belge d'études celtiques N° 18

16 euros...

 

Présentation :

 

« … L'Autre Monde est un thème récurrent dans les littératures médiévales irlandaises et galloises. Ce lieu est la demeure des divinités et synonymes d'une vision idéale de l'existence, à travers l'abondance et l'immortalité.

 

L'Autre Monde n'est pas un espace hermétique et ses occupants entrent souvent en contact avec les hommes. A partir des récits celtiques et arthuriens, cette étude propose d'étudier les différentes relations entre ces deux mondes, qui peuvent revêtir différentes formes.

 

Il y a la participation de quelques hommes privilégiés aux réjouissances de l'Autre-Monde, à travers la visite de la déesse ou de ses substituts. Dans d'autre cas, le candidat à la royauté part à la conquête de la Souveraineté, qui apparaît sous les traits d'une femme à l'aspect hideux séjournant en l'Autre-Monde. Enfin les hommes peuvent trouver en ce lieu la source de vie que constituent le chaudron – dont le Graal est l'héritier – et la lance. »



15/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 447 autres membres